Saku Koivu et sa langue parlée

Depuis vendredi dernier, il y a un malaise dans la communauté Montréalaise… on en parle dans les journaux, à la radio et à la télévision. Les anglophones d’un bord et les francophones de l’autre.

En fait pour certain le malaise dure depuis que Saku Koivu est capitaine du Canadien et qu’il ne parle pas français.

Là c’est le débat entre les journalistes francophones et anglophones ramenant le débat sur la langue au Québec.

Un anglophone peut très bien vivre à Montréal sans y parler un seul mot français. J’ai moi-même connu un irlandais d’origine, élevé à Verdun, un fief majoritairement francophones, qui lisait le français mais refusait d’en parler un seul mot par dégoût pour la langue française et par pure racisme.

Pour Saku Koivu c’est autre chose. Lui sa langue d’origine est le finlandais. Il a appris l’anglais parce que dans la Ligue Nationale de Hockey tout se passe en anglais. Tous les Québécois francophones évoluant dans la LNH parlent anglais pour cette même raison. Mais revenons à Koivu.

Si tu n’es pas capable d’apprendre quelques mots de la langue parlée en majorité par tes partisans, cela signifie une seule chose. Que comme je croyais, il se fou de la majorité de ses partisans et ne pense qu’à ses $$$.

Oui Saku se rend à l’occasion au Montreal Children Hospital, mais il est probablement comme les anglophones Montréalais. Ils jouent à l’autruche en ne voyant que le volet anglophone de la ville.

Essayez d’imaginez qu’un capitaine de l’équipe du Canadien de Montréal soit un francophone qui ne parle pas un seul mot anglais… La presse anglophone Montréalaise en ferait tout un scandale.

Les gens à blâmer dans toute cette histoire sont ceux de l’organisation du Canadien de Montréal. Il faut se mettre à l’évidence que si ton capitaine ne parle pas un seul mot français, tu te foues de la majorité de tes partisans.

Moi personnelement que Koivu ne parle pas un mot français je m’en fou mais j’avoue que ça serait bien plaisant de l’entendre dire quelques mots français. Montréal est un modèle mondial unique où francophones et anglophones se cotoient chaque jour. Alors le capitaine de la principale équipe sportive de la ville se doit de parler les deux langues.

C’est un peut pour cela que je n’ai jamais aimé le Canadien de Montréal. C’est une organisation arrogante et qui se fou de ses partisans. Il y a plusieurs preuvent en ce sens et rien qui ne prouve le contraire.

Prenons le « Thank you fans » et le « merci à nos partisans » qui a disparu bien vite de la glace du Centre Bell. En Alberta et chez bien d’autres patinoires, on peut encore lire sur la patinoire le « Thank you fans »…
Là est toute l’arrogance de cette organisation de hockey montréalaise qui ne mérite même pas qu’on lui accorde un seul instant de notre existance.

Aussi si t’es pas capable d’obliger ton capitaine de parler quelques mots français par simple respect pour tes fans, tu ne vaux pas cher. Comment veux-tu que tes partisans s’identifient à ton équipe si ton équipe est majoritairement composée d’anglophones et que le joueur le plus important de l’équipe n’est pas foutu de baragouiner le français?

Notez en passant que l’Avalanche du Colorado est l’équipe qui possède le plus de personnels francophones dans son organisation. Il n’est pas étonnant que plusieurs Québécois s’identifie plus à cette équipe qu’à l’équipe Montréalaise.

La direction du Canadien de Montréal a beaucoup de pain sur la planche pour gagner mon estime.

Aussi les anglophones de Montréal, vous êtes juste une gang d’arrogants et de chialeux qui refuser d’aller vivre en Ontario juste pour continuer votre hargne envers la population Québécoise et majoritairement francophoe. Chacun des postes clés du Québec et occupés par un francophone, oblige celui-ci à parler en anglais. Dans la plupart des cas, cette personne ne le fait pas pour vous séduire mais parce que la réalité nord-américaine oblige un gestionnaire québécois francophone de parler anglais s’il veut dialoguer avec le reste du 80% des nord-américains qui parlent anglais. La preuve en est que si vous francophones de Montréal, étiez hispaniques et que vous parliez l’espagnol, très peu de gestionnaires du Québec apprendraient votre langue.

Dites-vous chers anglophones Montréalais, que Saku Koivu a appris l’Anglais parce qu’il sait qu’en amérique du nord, l’anglais est la langue première. Il ne l’a pas apprise pour vous séduire mais pour se débrouiller sur ce continent. Dites vous aussi que votre équipe de hockey ne gagnera jamais rien d’important avec un capitaine qui n’est pas capable de rallier dans le vestiaire les joueurs anglophones et les francophones de l’équipe. Là est tout le malaise qui empêche votre équipe de hockey d’accéder aux grands honneurs.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s