Alex Rodriguez est passé aux aveux

Le joueur de baseball des Yankees de New York, Alex Rodriguez, est passé aux aveux hier sur les ondes du réseau américain ESPN.

Probablement après une peine d’amour de Madonna et consulté une panoplie d’avocat, il a finalement admis hier avoir consommé des substances visant à améliorer la performance de 2001 à 2003.

Un seul site Internet me vient en tête en pensant à cela.

epais.com

Rodriguez le joueur le mieux payé du baseball se dopait. Incroyable!

Ce sport est rendu au niveau crédibilité une coche en dessous du cyclisme où les cas de dopage sont tellement nombreux que c’est à se demander s’il y a un seul cycliste sur le Tour de France qui ne se dope pas.

Quel beau message qu’on envoit à la jeunesse.  Dopez-vous qu’ils disaient!!!

La rentrée, adolescentes habillées ultra sexy, l’hyersexualisation et le port de l’unforme

Avec la rentrée ça y’est c’est reparti, dans les journaux, à la télévision: le retour du débat sur le port de l’uniforme à l’école.

Les jeunes filles habillées trop sexy effarouchent plusieurs personnes et voilà on repart le débat!

Pour deux semaines comme d’habitude et après ça va retomber aux oubliettes jusqu’à la prochaine rentrée.

C’est rendu le sport de la rentrée. Le débat sur le port de l’uniforme. On vas-tu finir par le régler ce problème?

On aime ça au Québec discuter, chiâler pour rien et ne pas régler les problèmes.

L’été les Québécois discutent et chiâlent qui fait pas assez beau.

L’automne à la rentrée les Québécois discutent et chiâlent sur les adolescentes habillées trop sexy pour l’école et on ramène le port de l’uniforme.

Un peu plus tard à l’automne les Québécois discutent et chiâlent que leur équipe de hockey est poche.

Rendu à l’hiver les Québécois se plaignent qu’il fait froid au Québec ça pas de bon sens endurer ça.

Venu le printemps les Québécois chiâlent pour les nids de poules et que les Canadiens ont encore été éliminés.

À l’année longue le Québécois se plaint que le prix de l’essence est trop cher mais personne ne se plaint du vin à 12$ le litre ou du milliard que les télés publiques dilapides avec nos impôts.

Vraiment si les Québécois étaient payer pour chiâler on aurait probablement la société au monde qui compte le plus de milliardaire.

Si les Québécois mettaient la moitié des énergies qu’ils mettent à chiâler mais pour régler des problèmes, on serait probablement une bien meilleure société.

Le problème entourant les adolescentes habillées trop sexy est celui-ci.

Le manque de jugement des parents face à leurs enfants. Les parents repoussent leur autorité sur les autorités de l’école.

Donc si l’école l’accepte, les parents l’acceptent.

Le problème est que l’éducation des enfants doit commencer à la maison. L’école ça existe pour la formation académique, point à la ligne.  On élève pas des enfants à l’école mais à la maison.

Évidemment le port de l’uniforme est refusé par plusieurs enfants et parents souvent au nom du droit de liberté d’expression.

Pourtant c’est drôle quand le monde se rend à un match de leur équipe préférée, on voit une grande partie de la foule habillée pareil et aux couleurs de leur équipe, au nom du sentiment d’appartenance.

Imaginez si les joueurs de hockey, de soccer, de baseball les athlètes aux Olympiques et que les policiers, les pompiers, les militaires, les agents de bord refusaient le port de l’uniforme… méchant chaos à prévoir.

Belle société ça serait n’est-ce pas?

La solution est pourtant simple. Adoption d’un code vestimentaire par tous les institutions académique du Québec et code qui doit indiquer clairement les sanctions en cas de non respect de celui-ci.

Ce code ne signifie pas pour autant l’adoption du port de l’uniforme mais d’établir des règles démontrant ce que c’est être vêtu convenablement pour se rendre à l’école.

Se rendre à l’école ce n’est pas se rendre dans un party du vendredi soir ou se rendre à une session de photo pour les magazine Playboy, Maxim ou Summum.

On se rend à l’école pour recevoir avant tout une formation académique essentiel pour son futur.

On a un code de la route pour utiliser les routes, pourquoi pas un code vestimentaire pour se rendre dans ces institutions académiques?

Où est passé le gros bon sens des Québécois et leur sens disciplinaire? Est-ce que les Paris Hilton, Pamela Anderson, Carmen Electra, Christina Aguilera, Britney Spears et Anne-Marie Losique de ce monde doivent être des modèles en terme de tenue vestimentaire à l’école? Je ne crois pas.

Que feront ces étudiants et étudiantes du Québec quand leurs futurs employeurs leurs imposeront l’uniforme et un code vestimentaire?

Un 756 sans astérisque

Quand Roger Maris a battu le record de circuit en une saison de Babe Ruth, ils ont mit un astérisque au côté du chiffre de Maris dans le livre des records du baseball majeur.

Quand Mark McGwire a battu le record de circuit de Maris, tout le monde a accusé McGwire de dopage, lui même a avoué avoir pris de la créatine mais personne n’a exigé un astérisque au côté de la marque de McGwire. Allez savoir pourquoi.

Barry Bonds, 43 ans, a battu hier à San Francisco la marque de Hank Aaron pour le plus grand nombres de coup de circuits en carrière.

Mettons ça au clair tout de suite. Que Bonds soit dopé ou non il a tout de même réussit un exploit qui n’a rien à voir avec sa masse musculaire. Cogné 756 circuits il faut le faire.

Vous êtes vous déjà placé devant un lanceur qui vous envoie des tirs avec effet à plus de 150 km/h ?

C’est quelque chose. On voit la balle de la grosseur d’un pois vert et en plus celle-ci à toute sorte d’effet dedans. Juste réussir à placer son bâton sur la balle c’est quelque chose. Alors imaginez l’expédié 756 fois à plus de 350 pieds du marbre.

Certes il y aura toujours des gens pour dénigrer les athlètes qui réussisent les accusant de tricher, de se doper ou n’importe quoi. En plus quand un athlète est un afro-américain comme Barry Bonds, cela n’est pas facile au pays de l’Oncle Sam.

Pour moi il ne fait aucun doute que Bonds, dopé ou pas, demeure un grand frappeur et un grand voltigeur. Barry Bonds devrait tout simplement être admis au temple de la renommée du baseball sans aucun vote au terme de sa carrière.

Chou! au commissaire du baseball Bud Selig, qu’on pourrait facilement accusé de racisme tellement qu’il n’aime pas Barry Bonds. Quand un athlète de son sport bat un record de la sorte, il faut s’en féliciter et non dénigrer l’athlète. Selig a brillé par son absence hier soir à San Francisco. En terme de connard difficile de faire mieux. Mais au Québec on savait déjà que c’était un connard de la façon qu’il a traité le dossier des Expos de Montréal.

Imaginez ici au Canada si le commissaire de la LNH qui sera en poste à l’époque ne se pointait pas le bout du bez quand Sidney Crosby battrait un important record de Wayne Gretzky. Ça serait un scandale national.

De plus Barry Bonds est un être très spirituel dont plusieurs américains devraient suivre comme modèle. À chaque fois qu’il a claqué un circuit, Barry Bonds s’est pointé au marbre un ou deux bras pointé vers le ciel. Encore hier soir après son 756e circuit, Bonds a répété son geste.

Qui pourra battre la marque de Barry Bonds? Je ne sais pas mais Alex Rodriguez au rythme d’une moyenne de 41 coups de circuit par saison, pourrait battre le record de Barry Bonds vers l’an 2013 si Rodriguez maintient le rythme et surtout la santé.

En terminant ceux qui chialent contre le fait que Bonds a eu une carrière plus facile que Hank Aaron ou que le baseball d’aujourd’hui est plus facile que celui d’autrefois, je vous dis ceci. Autre moeurs autre époque. Hank Aaron n’a pas affronter les Tom Glavine, John Smoltz, Pedro Martinez, Mariano Rivera ou même Eric Gagné, tous des lanceurs qui lancent beaucoup plus rapidement et avec plus de finesses que les lanceurs de l’époque de Hank Aaron. Le baseball de l’époque de Hank Aaron n’était pas le baseball d’aujourd’hui. C’est comme comparer les 50 buts de Maurice Richard et les 50 buts de Wayne Gretzky. Deux grands athlètes évoluant à différentes époques avec de l’équipement bien différent.

Les records sont faits pour être battus, toutes époques et touts sports confondus. Quel recordman est le meilleur? Aucun, ils le sont tous.

Bravo Barry Bonds, un modèle à suivre pour toute une nation.

Les bombardiers du Bronx ont malmené les petits bas rouges


Les 17-18-19-20 et 21 août s’annonçaient pour être les confrontations de l’année au baseball entre les Yankees de New York et les Red Sox de Boston, au Fenway Park à Boston. Les deux équipes bataillaient pour la première position dans la division est de la Ligue Américaine de Baseball, les Red Sox étant à 1½ match des Yankees.

Ce fût des rencontres disputées à sens unique par des Yankees trop fort pour les Red Sox. Les cinq matchs se sont soldés par cinq victoires des Yankees. Jamais depuis que je suis le baseball j’ai vu pareil inégalité entre deux équipes et pendant cinq matchs consécutifs. Seule exception à cette inégalité aura été la partie du lundi après-midi qui a permis aux amateurs de baseball de voir un match plus serrée. (2-1)

Les quatre matches précédents furent tout simplement un festival offensif de la part des Yankees. Au cours de ces quatre matchs pas moins de 47 points au total ont été inscrit au tableau indicateur par les Yankees.

Ha je sais vous allez me dire que la masse salariale des Yankees est de 200 millions et que ça n’a pas de sens. Certes ça n’a pas de sens. Mais Boston aussi ont les moyens d’une masse salariale aussi forte mais ont décidé d’être plus chiches. Les Red Sox évoluent dans le stade où le prix des billets de baseball est le plus cher en amérique… Donc le propriétaire des Red Sox s’en met plein les poches au lieu d’offrir un meilleur spectacle aux Bostonnais.

Les amateurs de baseball à Boston devront oublier le baseball en octobre, les leurs n’ont pas été de taille contre les bombardiers du Bronx. À 6½ matchs de la tête, c’est quasi mission impossible pour eux de remporter le championnat de l’Est. Bah, mince consolation pour eux, ils pourront se rallier aux Bruins qui amorceront leur saison de hockey dans moins de un mois et demi. Autre mince consolation mais là il faut croire au miracle, les Red Sox pourraient participer aux séries de fin de saison en devenant la meilleure deuxième équipe. Mais pour ça ils doivent batailler avec les White Sox et les Twins. Personellement, je ne crois pas que les Red Sox vont se remettre mentalement de cette déconfiture face aux Yankees.