Mon avis sur le pourquoi que TVA n’a pas salué le départ de Bernard Derome

En réponse à un article de Richard Therrien du journal Le Soleil paru aujourd’hui 23 décembre, mon avis est que TVA n’a pas salué le départ de Bernard Derome, non pas parce qu’il y a concurences entre les réseaux, concurrence que vous jugez petite, mais plutôt je me dis pourquoi salué un concurrent qui n’en était pas un de facto. Pourquoi un concurrent qui se débat comme un diable dans l’eau bénite pour arriver à ses frais devrait saluer le pseudo-concurrent qui joui des milliards de l’État?

De plus, Bernard Derome est devenu populaire par habitude à l’écouter que les gens qui ne captaient pas TVA à l’époque ont développé.

De toute façon, salutations ou pas, on s’en fou il est parti. Il n’a pas amené avec lui le concept du simple lecteur de nouvelles de 22h qu’il était, ce concept était mort depuis l’arrivée de CNN. De plus pourquoi tant glorifié le lecteur de nouvelles à la caméra? Bon sens il lit les nouvelles qu’on lui dit de lire. Lire les nouvelles c’est comme le chauffeur d’autobus qui suit le tracé du circuit de son autobus. La différence est que Derome gagnait pas mal plus cher que le chauffeur d’autobus parce que son salaire était puisé à même nos poches.

Pourquoi avoir de la sympathie pour quelqu’un qui n’a aucun mérite sinon celui d’avoir bien fait son boulot, boulot dont je rappelle était de lire les nouvelles à 22h. Habillé veston-cravatte, il s’installe sur la chaise de son pupitre, lit les nouvelles à la caméra et faire un sourire à la con à la fin. Simple non? Pourquoi glorifier cela depuis une semaine dans les médias?

Derome n’a pas sauvé aucune vie à lire des nouvelles en veston-cravate et probablement que 98% des nouvelles qu’il a lu étaient négatives. Tiens poussons l’absurde de cette glorification inutile. À défaut d’avoir sauvé des vies à lire des nouvelles, combien de cancer ont été développé de cause des nouvelles négatives lues par Derome?

Aujourd’hui pour savoir les nouvelles de nombreuses personnes synthonisent à toute heure du jour LCN, RDI, CNN, MSNBC, CBC NewsWorld, le poste de nouvelles en continu de CTV. Le concept d’écouter les nouvelles à 22h, c’est dépassé.

J’ai rien contre Derome, comme ont dit, il a été un bon soldat pour la Société d’État. Il a été la star des lecteurs de nouvelles depuis les 40 dernières années, titre qu’il a partagé avec Pierre Bruneau et Sophie Thibault de TVA.

Bravo à sa longévité devant le petit écran, point à la ligne. Alors pourquoi salué cela par un concurrent?

En terminant joyeuses fêtes à tous, retour pour moi sur ce blogue le 5 janvier.
Soyez sages !

Bernard Derome: enfin il est parti

Bernard Derome a animé ce jeudi soir son dernier Téléjournal.
Pour la dernière fois il aura lu les nouvelles, raremenr positifs mais ce n’est pas de sa faute, il lisait bien les nouvelles qu’on voulait lui faire lire.

Bernard Derome est devenu populaire non pas par extrêmes compétences mais surtout par obligation. Obligation d’une population qui n’a eu que pendant très longtemps le choix entre deux canaux pour écouter les nouvelles de fin de soirée. C’était donc Derome ou TVA (Télé-Métropole).

Bref… Enfin il s’en va.

Décisions qu’il aurait dû prendre il y a 10 ans à mon avis. Mais syndicat et avantageuses conventions collectivent obligent, à la télé d’État, Télé-Canada (le terme Radio fait tellement vieux à l’ère d’Internet), se renouveller ce n’est pas si simple, n’est-ce pas?

Il est parti, place enfin à du sang neuf.

Si j’étais Stéphane Dion

Avant de me chercher un autre emploi parce que les prochaines élections fédérales s’annoncent une insulte pour lui et qu’il se fera montrer la porte de sortie comme chef du Parti Libéral du Canada, voici ce que je ferais si j’étais Stéphane DIon.

– je suivrais un cours d’intelligence émotionnelle afin de mieux comprendre mes compatriotes canadiens quand je m’adresse à eux;

– je parlerais ce dont les gens veulent vraiment entendre et non ramener le discours qui lassent les Canadiens comme ceux sur Kyoto ou l’Afghanistan;

– Je m’informerais à savoir si le Parti Vert se cherche pas un nouveau chef;

– Je m’informerais aussi pour savoir quand est-ce que le Nouveau Parti Démocratique du Canada va laisser tomber le mot Nouveau de son nom.

Si la tendance se maintient comme dis le fatiguant à Radio-Canada… On aura un gouvernement Conservateur majoritaire aux prochaines élections avec évidemment Stephen Harper comme premier ministre. Cela se produira surtout si notre Stéphane national continue à faire de la politique à sa façon et non à la façon que les électeurs veulent.

je ne serais pas surpris qu’au Québec le NPD recueille plus d’intentions que le PLQ.

Derôme s’en irait enfin et Céline Galipeau prendrait le Téléjournal.

C’est ce qu’annonce La Presse ce matin sur la base de rumeurs ou de bonnes sources?  Je l’ignore.

Ainsi à Radio-Canada, Bernard Derôme laisserait enfin sa place au Téléjournal et dès janvier 2009 Céline Galipeau prendrait les commandes.

Bravo enfin et j’espère que Radio-Canada laissera Derôme dans les boules à mittes les soirs d’élections.

Le Téléjournal, ha non pas encore lui.

22h00 je zap à Radio-Canada.

Que vois-je?  Ha non pas encore lui.  Bernard Derome est de retour à la barre du Téléjournal, il était en vacances…

Moi qui pensait qu’il en avait profité pour terminer 2007 et prendre sa retraite.

Quelle déception.  Zut!

Quand je pense que ça fait 10 ans qu’il est dépassé… mon Dieu ça se peut pas que Radio-Canada n’ait pas mieux à offrir que Derome.

Mais bon on peut se consoler, Derome fêtera son 64e anniversaire jeudi prochain (le 10), on peut donc croire qu’à 65 il va enfin décrisser.

Il resterait donc que 370 jours à l’endurer… vite parter le décompte.

Radio-Canada, ses idiots et Laflaque.

Ceux qui me connaisent, savent très bien que pour moi Radio-Canada est d’une inutilité totale. Je me reprend, Radio-Canada est inutile parce qu’elle est subventionné par l’État donc par les contribuables.

Elle n’a pas sa raison d’être sous sa forme de financement actuelle. Compétitionner les télés privées avec des deniers publiques c’est l’insulte suprême pour les entrepreneurs privés.

Seule une télé d’État avec budget quasi illimité peut engager des idiots comme Guy. A. Lepage, Jean-René Dufort et Guy Fournier et encore nous passer en ondes des has been à la Bernard Derôme.

Voici une présentation du trio des idiots de Radio-Cadenas oops pardon, Radio-Canada.

Guy A. Lepage, se pense encore tout permis de dire ce qu’il pense et même après avoir fait un fou de lui en garrochant le Félix de Richard Desjardins au gala de l’ADISQ de 2004. C’est là que j’ai commencé à trouvé Lepage un imbécile. Vraiment c’était poche de la part de Lepage de garrocher le trophée d’un artiste autant impliqué que Richard Desjardins. Dans le blogue de son émission Tout le monde en parle, Lepage critique Laurent Baffie qui s’est eclipsé des coulisses de l’émission jeudi dernier avant de passer sur le plateau. Monsieur Baffie était supposé être le 5e invité de la soirée et il a déguerpi. Mais Guy. A, pauvre con que tu es, pourquoi ne pas l’avoir passé après son compatriote, Ardisson? Je trouve qu’il y’aurait même pu avoir double entrevue et faire une co-animation France – Québec de l’émission Tout le monde en parle. Ça été vraiment loupé de ta part, mais bon si Guy A. manque d’imagination, on peut pas plaindre Baffie. C’est poche que Baffie soit partie mais c’est très morron de l’avoir placé 5e invité alors que son pote Ardisson passait 1er. Tout le monde en parle en France ce n’est pas que Ardisson mais aussi Baffie. Tu l’as donc insulté en le plaçant 5e sur la liste, Baffie s’est dit, « fuck je manque le vin avec Ardisson et voilà que moi je serai le 5e invité sur le plateau ». Il a quitté et j’aurais fait pareil. De toute façon sans Ardisson et Baffie, y’aurait pas eu de Tout le monde en parle au Québec. Alors c’était la moindre des choses de placer Baffie 2e sur la liste des invités. Selon son blogue, monsieur Lepage dit qu’il “étamperait” Baffie s’il le rencontrerait. Moi je souhaiterais le contraire que Baffie en sacre une bonne à la face de baveux et de condescandant de Lepage.

Guy Fournier ne laisse personne indifférent depuis son implication dans le monde télévisuel. Sa dernière déclaration face aux libanais qui selon monsieur Fournier permettrait la bestialité au Liban. Déclaration effectuée dans une entrevue au Magazine 7 jours alors Fournier occupe le poste de président du conseil d’administration de la Société Radio-Canada. De plus, dimanche soir à l’émission de l’autre idiot, Tout le monde en parle, Guy Fournier faisait l’apologie du plaisir de la défécation. Ce mardi, Guy Fournier a remis sa démission comme président du conseil d’administration de la SRC. En passant, n’est pas plus intelligent celui qu’il l’avait embauché à ce poste. Comment quelqu’un pouvant écrire une chronique dans le Magazine 7 jours de l’empire Québécor pouvait en même temps être président du conseil d’administration de la SRC? Était-ce la preuve que c’était un poste bidon et que monsieur Fournier avait amplement le temps d’écrire sa chronique du 7 jours?

Jean-René Dufort… un imbécile heureux qui semble se prendre au sérieux qui ne me fait pas rire dutout à son émission Infoman et qui a une voix fatiguante tant à la radio qu’à la SRC. Juste à penser qu’un gars peut participer à une émission dont le titre est “En attendant Ben Laden”… yark! On dirait que ça l’amuse de faire le niaiseux. C’est tellement naturel qu’il doit l’être.

Bref, trois imbéciles grassement payés par les contribuables. Qu’attend on pour réserver le même sort à Lepage, son co-animateur Turcotte et Dufort? Out! Les trois.

J’ai trouvé de très mauvais goût le bout de Laflaque dimanche soir caricaturant la sortie de prison de Guy Cloutier… de très mauvais goût.

Mais Radio-Canada, c’est de mauvais goût et il y a juste là qu’on peut voir ça. Parce que la télé est géré avec des deniers publics, on se croit tout permis. Qu’on privatise ça OPC et qu’on y fasse le ménage.