Jean Charest à Ottawa, une formalité.

Avec la monté de Michael ‘gros sourcis’ Ignatieff dans les sondages, Stephen Harper a besoin d’un lieutenant qu’il juge solide au Québec.

Jean Charest, ancien ministre conservateur, est la personne toute désignée.

Charest serait probablement premier ministre démissionnaire vers le mois de juin et pour l’automne 2009, pourrait très bien faire le saut à Ottawa et se voir octroyer le ministère des affaires étrangères qui sera laissé vacant par Lawrence Cannon qui ferait le saut en politique au Québec. 

Je vois déjà d’ici la prochaine campagne électorale fédérale avec les nombreuses prises de becs Duceppe – Charest – Coderre. 

Mmm du bonbon.

Pendant ce temps au Québec il y aurait une course à la chefferie et je sens que Monique Jérôme-Forget aurait un oeil sur le poste de chef du PLQ pour devancer Pauline Marois et ainsi devenir la première femme premier ministre du Québec.

Si jamais Harper perdait ses élections, Jean Charest serait l’homme tout désigné pour le remplacer.

À suivre…

136 000$ de pension sans jamais avoir gouverné

Voilà le montant que Gilles Duceppe aura droit à sa pension s’il quitte la vie politique après le 1er janvier 2009.

Sans jamais même avoir été le chef d’État du Canada.

Aux Communes, tous les députés touchent un salaire annuel de 155 400 $. Les chefs de parti reçoivent un supplément de 52 900 $. Le salaire de M. Duceppe s’élève donc à 208 300 $.

Le ridicule de ce génreux programme de pension ne tue pas.

Paul Martin, qui a été député pendant 20 ans, ministe des Finances de 1993 à 2002 et premier ministre de 2003 à 2006 aura droit à une pension de 166 400$, à peine 30 000$ de plus que Gilles Duceppe.

Jean Chrétien a droit à une pension de quelque 165 000 $, a été député pendant 36 ans et premier ministre de 1993 à 2003.  Une pension à peine de 30 000$ de plus que Gilles Duceppe.

136 000$ pour ne jamais avoir eu le pouvoir c’est un beau montant de pension.

Beau montant en plus pour un chef qui prône l’indépendance du Québec.

Beau petit pléonasme politique ici.

Le Bloc n’a aucun pouvoir et coûte des millions aux contribuables Canadiens.

Sérieusement, il faudrait que quelqu’un ait les couilles de passer une loi qui dit qu’un parti politique fédéral doit élire des députés dans deux provinces pour avoir le droit de siéger au Parlement.

Le seul pouvoir que le Bloc peut avoir c’est de devenir l’opposition officielle ce qui encore une fois n’apporte aucun pouvoir.  Ou encore dans un gouvernement minoritaire, celui-ci a le pouvoir de renverser le gouvernement et de nous renvoyer en élections, élections qui coûte près d’un demi-milliard aux contribuables Canadiens.

On se dirige à nouveau vers un gouvernement minoritaire.  Au lieu d’avancer, le Canada fera encore du surplace le temps de la durée de ce gouvernement.

En terminant ceux qui chiâlent contre la baisses des montants alloués à la Culture… Une élection de moins au quatre ans ça fait un demi-milliard de plus de disponible pour la Culture.  Pensez-y!