Stéphane Dion devenu plus important que le Yellow Cake

La nouvelle a passé inaperçu le week-end dernier à la télé, mais du « yellow cake » en provenance de l’Irak a transigé par le port de Montréal, à destination d’un usine de Cameco en Ontario et ce sous forte escorte américaine.

Le Yellow Cake c’est quoi?

C’est un concentré d’uranium, une poudre qui n’est pas soluble dans l’eau et qui contient environ 80% d’uraninite, fondant à environ 2878 °C.

On ne parle pas ici de tourbe, de cartes de hockey, ou d’un dessert de Maman Dion, bon sens!  On parle d’uranium, un combustible radioactif en provenance d’Irak et on a transigé cela par le port de Montréal et cela a circulé dans notre belle province, direction Ontario.

Pendant ce temps nos « zournalistes » des empires Gesca et Québécor nous parlaient du voyage de Stéphane Dion en Alberta pour vendre son impossible Green Shift et pas un un seul suivi sur le yellow cake irakien.

On nous a aussi parlé de l’obstination entre René Angélil et l’organisation poche du 400e anniversaire de Québec concernant le prochain spectacle de Céline.

Faut l’aimer notre fafan national.  Parce que le yellow cake qui provient d’irak sous forte escorte américaine est probablement un plus gros problème pour notre sécurité nationale que Julie Couillard a pu l’être.

Tabarnak!

Dans quel pays de caves vivons nous?

Philippe veut un Colisée et Julie la plantureuse a eu de belles fréquentations. Les Couillard de l’actualité

Julie Couillard se passe maintenant de présentation.  Il ne se passe pas une journée sans que La Presse (et certains autres journaux de Gesca) en parle et même la télé qu’on la voit plantureuse et toujours souriante sur photos et vidéos.  Une campagne de salissage contre le gouvernement conservateur?  On le sait bien, La Presse nous mousse les bons côtés de Stéphane Dion chaque semaine.  Pour moi ce journal n’a plus aucune crédibilité.

Quant à Philippe ce matin il rêve d’un nouveau Colisée à Québec.  Même rêve que Marcel Aubut il y a presque 15 ans.  On dirait qu’à Québec quand la saison de hockey se termine et qu’ils voient la Coupe Stanley à la télé, quelqu’un se lève et rêve à un nouveau Colisée et bâti en parti avec des fonds publics?!?!?!?!.  C’est du déjà vu?  Voyons donc, qui investirait 200 millions pour un nouveau Colisée et 150 millions pour y amener une équipe de la LNH?  Y sont partis les Nordiques et ils ne reviendront plus. 

Soyons logiques, en 1994-95, le Colisée affichait de nombreux bancs vides avec une équipe de la LNH prometteuse. 

Québec devrait plutôt commencer à diversifier son économie elle qui mise sur les emplois de fonctionnaires pour la faire rouler et sur le tourisme.  Pensez-vous que bâtir un nouveau Colisée s’est diversifié son économie?

Parlant de projet du Colisée, il est rendu où l’illuminée Charest (pas Jean pour une fois) et son projet de 400 millions?

Parlant de 400, le 400e de Québec est un échec flatulant.  Jumelés avec une devise canadienen forte face au dollar américain, le prix élevé de l’essence et les prix exhorbitants demandés par les hôteliers de Québec, qui voudra se rendre à Québec cet été, même si Fergie y sera durant le Festival d’été?

On voit bien que Québec souffre de complexe d’infériorité face à Montréal, chaque jour on ça transpire dans Le Soleil et le Journal de Québec.  Acceptez habitants de la Ville de Québec que vous habitez une ville plus petite et qu’une ville plus petite ne peut pas tout avoir ce que la grande ville a.  Ainsi tout ira bien.

Je me demande parfois si Québec ne voudrait pas avoir les Expos ramenés en jet privé de Washington pour faire un pied de nez à Montréal.

L’actualité va vraiment d’une Couillard à l’autre de ce temps là.

Coullardlicious… ?

Le blogueur Patrick Lagacé poursuivi pour 1,3 M$ par TVA

je dirais une chose sur cette histoire.

Ce n’est pas parce que ton nouvel employeur te donne un crachoir de luxe que t’es obligé de cracher sur ton ancien employeur.

Bravo à TVA de ne pas se laisser faire.  Gesca et ses filiales (dont La Presse et Cyberpresse) avaient déjà surmédiatisé le scandale impliquant le ministre conservateur, Maxime Bernier. 

Est-ce que c’était nécessaire pour TVA d’en rajouter et d’embarquer dans le même sens que Gesca, un organisme près des partis Libéraux provinciaux et fédéraux?  C’est après tout cette inertie de TVA que Patrick Lagacé reproche à son ancien employeur.

Si vous voulez en savoir plus, allez lire la version de l’employeur de Patrick Lagacé.