Bye bye Radio-Canada!

J’ai zyeuté que des petits bouts du Bye Bye 2008 et bien franchement à part de voir Véronique Cloutier avec une perruque brune, ce qui lui fait beaucoup mieux que ses cheveux blonds, pas grande chose ne m’a surpris.

Parcontre le bout que tout le monde a detesté moi je l’ai aimé.  Jean-François Mercier, alias « le gros cave » a livré ce qu’il livre d’habitude.  De l’humour aride en sortant au moins une fois le mot cabochons.

J’ai lu les critiques du Bye Bye le lendemain et ça ne levait pas haut.

De toute façon ce concept d’émission est dépassé depuis belle lurette, en fait depuis que Dominique Michel a pris sa première retraite du Bye Bye.

Radio-Canada de par son nom même l’exprime (Radio-Canada… hello radio!?!?!?), est d’une lenteur de tortue dinosaurique à s’ajuster.

Dans le fond on devrait dire Bye Bye Radio-Canada parce que je ne sais pas pour vous mais en des temps économiquement aussi difficiles je ne comprends pas encore qu’un gouvernement, aussi peu lucide soit-il, puisse encore verser des centaines de millions de dollars pour financer la production d’émissions dont on pourrait très bien se passer.

J’en ai marre qu’ont créé, à même mes impôts, des BS de luxe qui profitent des centaines de millions de dollars de la Société d’État. Vous en avez pas marre que des millions de dollars soient versés de vos impôts prélevés à même votre chèque de paie durement gagné aux poches de Véronique Cloutier, Louis Morrissette, Guy A. Lepage, Danny Turcotte, Anne Dorval, André Ducharme, Jean-René Dufort et plusieurs dizaines d’autres personnes participants à des émissions, téléséries, téléromans diffusés à Radio-Canada?

Je nous souhaite pour 2009 une société d’État qui s’en tiendra à son unique mandat. Informer la population. Toutes les séries et téléromans diffusés à Radio-Canada n’ont pas leur place en 2009 où le privé peut très bien produire des émissions de qualité similaire et à même les fonds privés.

En 2009, un gouvernement ne devrait plus directement financer des productions télévisuelles et cinématographiques. Il y a des choix de société qui sont difficiles à prendre mais qui sont nécessaires.

Préférez-vous des services gouvernementaux fédéraux de qualité et essentiels ou une télé d’État nous présentant des idioties la veille du jour de l’An?

Alors on a deux choix, on ferme Radio-Canada ou on la privatise.

Les Boys, C.A., Les Parent, Virginie ne seraient pas meilleurs ni moins bons si c’était télédifusé à TVA, TQS ou autre diffuseur privé.

La farce à assez durée et la farce de cette blague de mauvais goût qu’est Radio-Canada c’est nous tous contribuables canadiens.

La méthode « PC » maintenant appliquée à d’autres industries

Ceux qui comme moi suivent l’informatiques depuis plus de 25 ans savent que le prix des ordinateurs a baissé radicalement mais qu’à l’inverse le prix des logiciels a monté en flèche.

Il semble maintenant que la méthode que j’appelle « PC » inventée selon moi par Wintel (Microsoft – Intel), soit vendre l’ordinateur le moins cher possible, mais augmenter au max le prix de ce qui le nourrie, les logiciels, veule s’appliquer à d’autres industries.

Ainsi de plus en plus de fabricants automobiles vendront dans le futur des véhicules sous la barre des 10 000$. Mais l’essence qui sert à nourrir l’automobile deviendra probablement de plus en plus dispendieuse. Au Canada, le prix du litre d’essence à 2$ sera probablement chose atteinte vers 2012.

L’industrie musicale a depuis quelques années fait un mouvement similaire dans d’autres proportions et ausso pour d’autres raisons. Ainsi le prix des albums des artistes baissent à vue d’oeil, sans compter ceux qui téléchargent illégalement gratuitement, mais avez-vous vu monté en flèche le prix des spectacles? Aie aie aie! Dans le temps, je parle des années 80, voir un bon show au forum ou dans votre salle de spectacle populaire local c’était quoi de 10 à 25$? Pour les mêmes places aujourd’hui, au Centre Bell pour un artiste de renommée internationale tel que Billy Joel, le billet les billets varient de 65$ à 149$.

Vous voulez voir Santana, le bon vieux Carlos est peut-être moins gourmand, mais il demande tout de même 45 à 75$ par billet.

Bon d’accord je vous entend dire « oui mais le Forum n’avait rien à voir avec la qualité de salle qu’est le Centre Bell ».

Ok, vous avez un point.

Allons voir du côté des régions alors ou les salles n’ont pas dramatiquement changé si on compare le Forum et le Centre Bell.

Sherbrooke, salle Maurice O’Bready, voir Kevin Parent, 32,50$. Sylvain Cossette, 36,50$

Richard Desjardins au Grand Théâtre de Québec de 31$ à 41$

À l’étoile du quartier Dix-30, voir Robert Charlebois coûte de 20$ à 65$.

Zachary Richard au Cégep Lévis-Lauzon… 38$

Et le comble, voir Renée Martel en spectacle à Saint-Hyacintee coûte 34$.

Ça n’a pas de bon sens. Écoutez, un couple, amateur de Renée Martel, ne s’en sort pas en bas de 70$ pour son spectacle.
Voir Zachary Richard vous coûte par couple 80$.

Ça c’est en région et sans compter les frais de réseaux pour l’achat des billets.

Toutes taxes et frais divers inclus, j’ai payé 36$ pour deux billets à la fin des années 80 pour voir le groupe québécois The Box en région. C’était le groupe de l’heure au Québec et j’ai payé 36$. Imaginez aujourd’hui ce que cette paire de billets m’aurait coûté. Au jeu des devinettes j’y vais pour 100$. RIDICULE avouez-le.

Pour voir Billy Joel au Centre Bell, un couple devra débourser au minimum 150$ ce qui inclus une paire de billet à 65$ chacun et le stationnement à 15$. Évidemment s’ils ont des enfants on parle aussi du prix de la gardienne qui ne vous coûtera pas 7$, les CPE et garderie étant closes le soir. Je ne tiens pas compte non plus du prix du resto auparavant.

Bientôt les artistes musicaux vont donner leur album mais le prix pour les voir en salles monteront encore en flèche.

Même certains sites permettent de télécharger des albums complets pour une fraction du prix en magasin. Est-ce légal? Là je l’ignore. Mais de voir un tel site avec une extension .RU, .CN ou .ATH.CX me laisse douter des bonnes intentions du ou des propriétaires de ces sites, surtout pour le .ATH.CX.

Revenons aux prix exhorbitants demandés pour un billet en salle. Quand on y pense il faut tout de même que les artites musicaux gagnent leur vie à quelque part. Voilà dans ce cas-ci où aura mené l’industrie des l’original Napster et de ses dérivés par la suite qui permettent le téléchargement gratuit de musique.

Pas besoin de police pour attraper les fautifs qui téléchargent de la musique illégalement, l’industrie musicale se charge très bien faire payer tout le monde. Une minorité de gens téléchargent illégalement de la musique mais c’est toute une société qui paie.

La même chose s’applique aussi aux billets de cinéma. Allez voir un bon film le vendredi soir coûte au minimum 25$ par couple et que pour les billets. Ce n’est pas pour rien que certains attendent la sortie du DVD qui leur coûtera le même prix a sa date de disponibilité.

À une inflation du prix des billets de spectacles et ce pas juste musicaux, mais il y’aura toujours des gens à qui cela profitera davantage qu’aux autres. On a qu’à penser aux humorites. Voir Michel Courtemanche en 1990 coûtait 10 à 20$ dans une salle en région. Aujourd’hui voir Martin Matte coûte 47$, Louis-José Houde 52$.

Je ne crois pas que l’humoriste soit lésé autant que les artistes musicaux par l’industrie du téléchargement gratuit ou illégal. Il ne fait donc que profiter de l’inflation des billets de spectacles pour s’en mettre plein les poches. Cela est sans compter la sortie DVD de leur spectacle qui se vend très bien aussi.

Nul besoin de vous dire que plusieurs humorites sont millionnaires, ou presque.

Non mais faites le calcul pour Martin Matte. Spectacle très populaire, publicités de Honda et sortie de spectacles sur DVD… allô le fric et tant mieux pour lui et tout les autres. Mais n’allez pas croire que les humoristes populaires ne sont pas millionnaires ou pas loin. Croire le contraire serait vous laissez leurrer à moins qu’ils soient tous des dépensiers compulsifs… là je l’ignore, mais on le sait tous dans le cas de Jean-Marc Parent et ça c’est un autre débat.

L’humour en spectacles, en DVD, sur CD et à la télé aura généré sont lot de millionnaires au Québec. Allez demander aux Guy A. Lepage, Martin Matte, Louis-José Houde, Michel Barrette, Yvon Deschamps et Patrick Huard, pour ne nommez qu’eux, de vous prouvez le contraire. Encore une fois c’est tant mieux pour eux.

Pour revenir aux PC… observez une industrie toute près de l’ordinateur et combien pratique. Aujourd’hui une bonne imprimante à jet d’encre coûte 60$. Allez voir le prix des cartouches maintenant.

Voilà, on donne presque l’outil mais l’essence pour s’en servir coûte une fortune.

C’est ça la méthode « PC » qui s’applique malheureusement de plus en plus à d’autres secteurs.

Le jour où le prix des télés sera ridiculement bas, disons une 26 pouces LCD pour 200$, vous verrez le prix du câble et du satellite monter en flèche. Bien oui une télé à 200$ mais 90$ par mois pour l’alimenter adéquatement en chaînes télé.

Ne riez pas trop, ce jour est proche.

Les déboires de TQS, pleurnichages et réalités.

Hier a l’assemblée des actionnaires de Cogéco, Louis Audet, PDG de la compagnie qui était actionnaire principale dans TQS a pleurniché sur le fait que c’est la faute à Radio-Canada si TQS connaît de tels déboires.

C’est une demie-vérité. Il faut aussi avouer que les gestionnaires de TQS n’étaient pas très forts.

La présence d’Internet fait également mal aux télés québécoises. Pour s’informer rapidement de plus en plus de gens se tournent vers Internet. Même chose pour connaître la météo.

D’un autre côté, il est vrai que la télé d’État est subventionnée à outrance en plus des séries qui y sont présentées qui elles aussi sont subventionnées à outrance. Radio-Canada bénéficie de fonds publics et s’accapare d’une grosse partie de la tarte des publicités au Québec.

Le mandat de la télé d’État n’est pas de compétitionner les télés privées mais de servir la population, de l’informer.

Le mandat de la télé d’État n’est pas de présenter des séries comme Les Boys, Virginie ou des émissions comme Infoman ou tout le monde en parle ou des émissions sportives tel que la retransmission d’un gala de boxe en direct. L’épicerie, la Facture et le Téléjournal, là parcontre c’est plus dans le mandat de la télé d’état.

Il serait grand temps de revoir le mandat de la télé d’État pour qu’elle cesse une fois pour toute sa déloyale compétition.

Pour TQS… c’est un canard boîteux depuis toujours. C’est la télé qui sort à peine sa tête de l’eau et qui est pris entre l’éternel duel Radio-Canada – TVA et qui est trop puissante pour combattre Télé-Québec qui elle aussi on se demande le pourquoi de son existence.

TQS ne pouvait pas durer, en fait ne peut pas durer, elle est en mode survie depuis toujours.

Depuis la disparition des Nordiques et la perte de la télédiffusion de certains matchs des Canadiens TQS ne présente plus de sport sauf son émission phare de fin de soirée où tout le monde parle en même temps, 110%. Parcontre TVA ne présente plus de sports non plus et elle survie.

Tu ne peux pas présenter un modèle d’affaires viable avec des émissions comme Loft Story, 110%, le grand journal, 450 Chemin du golf, Caféine, 90 minutes de bonheur, Bob Gratton ma vie/my life et Flash. Une télé, pour qu’elle survive, se doit d’être bonne 6 fois sur 10.

Y’a quelqu’un hier de mon entourage qui me disait qu’il n’a pas écouter TQS depuis qu’ils ne présentent plus Les Pierrafeu.  Aie!

Il y a saturation de la télé au Québec. Si on veut s’informer en français à 18h on a RDI, LCN, Radio-Canada, TVA et TQS. Cinq chaînes pour plus de 6 millions de francophones au Québec.

Regardons d’un peu plus près quelques émissions de la grille horaire de TQS.

110%… certes c’est l’émission de discussion sur le sports la plus écouté au Québec.

450 chemin du golf
, une bonne série mais qui malheureusement joue en même temps que Virginie à Radio-Canada, très mauvaise position à la grille horaire.

L’avocat du diable
. Un has been et un homme que je respecte beaucoup animent cette émission d’informations. Richard Desmarais est un homme très plaisant à écouter. Guy Fournier, le touche à tout, n’a pas d’affaires là.

Bob Gratton, ma vie/my life
: c’est une série humoristique assez intéressante dont TQS a placé cela dans sa grille horaire le mercredi 21h. Ça vise un public qui aime ce genre d’humour, évidemment ils ne sont pas 2 millions à regarder la série.

Caféine. C’est un show du matin où humour et actualités sont les principaux thèmes. C’est un Salut Bonjour cheap dans un décor cheap. À cette heure le matin ceux qui veulent être informés vont à Radio-Canada, LCN ou RDI ceux qui veulent plus de variétés vont à TVA.

Flash: c’était la meilleure émission d’informations culturelles et artistiques au Québec avant que TQS décide de mettre Pierre Brassard comme « chef d’antenne » de l’émission. Quelle gaffe monumentale. On est passé de Patricia Paquin et Alain Dumas à Pierre Brassard le gars qui n’est pas capable d’enligner deux phrases sans dire une platitude. Le gars qui se pense encore avec un veston bleu poudre mais qui anime un émission d’informations culturelles et artistiques. Moi j’ai abandonné Flash à cause de la présence de Brassard. Ça ne fait vraiment pas sérieux.

Loft Story: un émission appréciée par plusieurs personnes mais qui malheureusement est animée par une amateure, on devrait davantage laisser Virginie Coossa comme animatrice principale. Cette saison, Marie Plourde et Louise Deschâtelets n’avaient tout simplement pas d’affaires là. De plus quand le maître a changé les règles du jeu où un seul gagnant serait couronné, je connais beaucoup de monde qui ont débarqué.

RPM: une bonne émission d’information sur l’automobile.

Sans contredit pour moi le futur de TQS passe par une ouverture de la chaîne à midi, même à 17h00 avec un bulletin de nouvelles, et une fermeture le soir avec Bleu nuit qui pourrait devenir une quotidienne malgré que maintenant avec Super Écran, qui choisira d’écouter Bleu nuit où on voit une paire de seins à la demie-heure tandis qu’à Super Écran à chaque soir il y a un film XXX où l’on voit tout.

TQS doit s’orienter davantage sur l’information, le sports et humour. C’est ce qui est vendeur au Québec.

Mais si vous voulez mon humble avis et avis très réaliste, on pourrait également très bien fermer la chaîne 24 heureus sur 24. Dans le fond 110%, Jean-Luc Mongrain et Chantal Lacroix, les séries Bob Gratton ma vie/my life et 450 Chemin du golf, Loft Story, les Simpson, les émissions RPM, Flash et même Bleu nuit pourraient tous être récupérées par TVA et personne n’en verrait la différence.

Finalement 6 millions de francophones pour autant de chaînes de télé. Ça n’a pas de sens et il est évident qu’après TQS d’autres suivront et afficheront publiquement leurs difficultés financières.

Pensez-y au Québec en français vous avez les chaînes Teletoon, Vrak TV, Radio-Canada, RDI, TVA, LCN, TQS, Séries +, Canal D, Musique Plus, Musimax, Super Écran, RDS, RIS, Historia, Canal Évasion, ART TV, Meteomedia, Canal Vie, Z Télé, Canal Argent, Canal Mystère, Prise 2, Ciné Pop.

C’est beaucoup trop de chaînes pour 6 millions d’âmes francophones.
Imaginez un instant un dimanche soir où 1,5 million de personnes écoutent TVA, un autre 1,5 million écoutent Radio-Canada avec celui qui parle trop de ce que tout le monde a déjà parlé. Il reste donc 3 millions de téléspectateurs potentiels pour les 22 autres chaînes francophones. Si à part égale les 3 millions de téléspectateurs potentiels écoutent les 22 autres chaînes, cela donne des cotes d’écoutes d’environ 136 000 personnes par chaînes.

La réalité est tout autre. Ils ne sont pas 6 millions de francophones à écouter la télé en français le dimanche soir à 20h. De ce nombre plusieurs travaillent, d’autres écoutent un film sur DVD, d’autres lisent un bon livre, d’autres sont au cinéma, d’autres sont au restaurant, d’autres sont sur leurs ordinateurs ou devant un jeu vidéo ou encore simplement d’autres francophones écoutent la télé en anglais ou ne l’écoutent pas dutout et vaquent à multiples occupations autres que d’écouter la télé.

Avec ce que je viens de vous énumérez, disons qu’ils sont en réalité 3,5 millions de francophone a écouter la télé en français le dimanche soir à 20h.  Cela donne une moyenne de 22 700 téléspectateurs aux 22 chaînes qui restent à part TVA et Radio-Canada.  Aie aie aie!

Vous voyez c’est cela la réalité du monde de la télé au Québec. Il est évident que TQS et d’autres chaînes ne peuvent pas survivre dans une telle réalité.

Dans le temps, je remonte à 30 ans, le Québec n’avait que Télé-Québec, Télé-Métropole et Radio-Canada et tout le monde étaient heureux.

Radio-Canada, ses idiots et Laflaque.

Ceux qui me connaisent, savent très bien que pour moi Radio-Canada est d’une inutilité totale. Je me reprend, Radio-Canada est inutile parce qu’elle est subventionné par l’État donc par les contribuables.

Elle n’a pas sa raison d’être sous sa forme de financement actuelle. Compétitionner les télés privées avec des deniers publiques c’est l’insulte suprême pour les entrepreneurs privés.

Seule une télé d’État avec budget quasi illimité peut engager des idiots comme Guy. A. Lepage, Jean-René Dufort et Guy Fournier et encore nous passer en ondes des has been à la Bernard Derôme.

Voici une présentation du trio des idiots de Radio-Cadenas oops pardon, Radio-Canada.

Guy A. Lepage, se pense encore tout permis de dire ce qu’il pense et même après avoir fait un fou de lui en garrochant le Félix de Richard Desjardins au gala de l’ADISQ de 2004. C’est là que j’ai commencé à trouvé Lepage un imbécile. Vraiment c’était poche de la part de Lepage de garrocher le trophée d’un artiste autant impliqué que Richard Desjardins. Dans le blogue de son émission Tout le monde en parle, Lepage critique Laurent Baffie qui s’est eclipsé des coulisses de l’émission jeudi dernier avant de passer sur le plateau. Monsieur Baffie était supposé être le 5e invité de la soirée et il a déguerpi. Mais Guy. A, pauvre con que tu es, pourquoi ne pas l’avoir passé après son compatriote, Ardisson? Je trouve qu’il y’aurait même pu avoir double entrevue et faire une co-animation France – Québec de l’émission Tout le monde en parle. Ça été vraiment loupé de ta part, mais bon si Guy A. manque d’imagination, on peut pas plaindre Baffie. C’est poche que Baffie soit partie mais c’est très morron de l’avoir placé 5e invité alors que son pote Ardisson passait 1er. Tout le monde en parle en France ce n’est pas que Ardisson mais aussi Baffie. Tu l’as donc insulté en le plaçant 5e sur la liste, Baffie s’est dit, « fuck je manque le vin avec Ardisson et voilà que moi je serai le 5e invité sur le plateau ». Il a quitté et j’aurais fait pareil. De toute façon sans Ardisson et Baffie, y’aurait pas eu de Tout le monde en parle au Québec. Alors c’était la moindre des choses de placer Baffie 2e sur la liste des invités. Selon son blogue, monsieur Lepage dit qu’il “étamperait” Baffie s’il le rencontrerait. Moi je souhaiterais le contraire que Baffie en sacre une bonne à la face de baveux et de condescandant de Lepage.

Guy Fournier ne laisse personne indifférent depuis son implication dans le monde télévisuel. Sa dernière déclaration face aux libanais qui selon monsieur Fournier permettrait la bestialité au Liban. Déclaration effectuée dans une entrevue au Magazine 7 jours alors Fournier occupe le poste de président du conseil d’administration de la Société Radio-Canada. De plus, dimanche soir à l’émission de l’autre idiot, Tout le monde en parle, Guy Fournier faisait l’apologie du plaisir de la défécation. Ce mardi, Guy Fournier a remis sa démission comme président du conseil d’administration de la SRC. En passant, n’est pas plus intelligent celui qu’il l’avait embauché à ce poste. Comment quelqu’un pouvant écrire une chronique dans le Magazine 7 jours de l’empire Québécor pouvait en même temps être président du conseil d’administration de la SRC? Était-ce la preuve que c’était un poste bidon et que monsieur Fournier avait amplement le temps d’écrire sa chronique du 7 jours?

Jean-René Dufort… un imbécile heureux qui semble se prendre au sérieux qui ne me fait pas rire dutout à son émission Infoman et qui a une voix fatiguante tant à la radio qu’à la SRC. Juste à penser qu’un gars peut participer à une émission dont le titre est “En attendant Ben Laden”… yark! On dirait que ça l’amuse de faire le niaiseux. C’est tellement naturel qu’il doit l’être.

Bref, trois imbéciles grassement payés par les contribuables. Qu’attend on pour réserver le même sort à Lepage, son co-animateur Turcotte et Dufort? Out! Les trois.

J’ai trouvé de très mauvais goût le bout de Laflaque dimanche soir caricaturant la sortie de prison de Guy Cloutier… de très mauvais goût.

Mais Radio-Canada, c’est de mauvais goût et il y a juste là qu’on peut voir ça. Parce que la télé est géré avec des deniers publics, on se croit tout permis. Qu’on privatise ça OPC et qu’on y fasse le ménage.