Philippe veut un Colisée et Julie la plantureuse a eu de belles fréquentations. Les Couillard de l’actualité

Julie Couillard se passe maintenant de présentation.  Il ne se passe pas une journée sans que La Presse (et certains autres journaux de Gesca) en parle et même la télé qu’on la voit plantureuse et toujours souriante sur photos et vidéos.  Une campagne de salissage contre le gouvernement conservateur?  On le sait bien, La Presse nous mousse les bons côtés de Stéphane Dion chaque semaine.  Pour moi ce journal n’a plus aucune crédibilité.

Quant à Philippe ce matin il rêve d’un nouveau Colisée à Québec.  Même rêve que Marcel Aubut il y a presque 15 ans.  On dirait qu’à Québec quand la saison de hockey se termine et qu’ils voient la Coupe Stanley à la télé, quelqu’un se lève et rêve à un nouveau Colisée et bâti en parti avec des fonds publics?!?!?!?!.  C’est du déjà vu?  Voyons donc, qui investirait 200 millions pour un nouveau Colisée et 150 millions pour y amener une équipe de la LNH?  Y sont partis les Nordiques et ils ne reviendront plus. 

Soyons logiques, en 1994-95, le Colisée affichait de nombreux bancs vides avec une équipe de la LNH prometteuse. 

Québec devrait plutôt commencer à diversifier son économie elle qui mise sur les emplois de fonctionnaires pour la faire rouler et sur le tourisme.  Pensez-vous que bâtir un nouveau Colisée s’est diversifié son économie?

Parlant de projet du Colisée, il est rendu où l’illuminée Charest (pas Jean pour une fois) et son projet de 400 millions?

Parlant de 400, le 400e de Québec est un échec flatulant.  Jumelés avec une devise canadienen forte face au dollar américain, le prix élevé de l’essence et les prix exhorbitants demandés par les hôteliers de Québec, qui voudra se rendre à Québec cet été, même si Fergie y sera durant le Festival d’été?

On voit bien que Québec souffre de complexe d’infériorité face à Montréal, chaque jour on ça transpire dans Le Soleil et le Journal de Québec.  Acceptez habitants de la Ville de Québec que vous habitez une ville plus petite et qu’une ville plus petite ne peut pas tout avoir ce que la grande ville a.  Ainsi tout ira bien.

Je me demande parfois si Québec ne voudrait pas avoir les Expos ramenés en jet privé de Washington pour faire un pied de nez à Montréal.

L’actualité va vraiment d’une Couillard à l’autre de ce temps là.

Coullardlicious… ?

Le Canadien de Montréal, Youppi et ses fans, tous au golf!

Le Canadien de Montréal est éliminé, enfin Montréal peut s’attaquer à des activités plus intéressantes et à des projets plus rassembleurs.

C’était beau de voir les drapeaux du Canadien ici et là en ville.  Mais si seulement les gens mettaient autant d’énergie dans des projets plus utiles à notre société que d’encourager une équipe de hockey appartenant à un américain et pour laquelle une majorité de joueurs sont des européens et des américains. 

Pas un foutu francophone dans cette équipe avec un talent capable de mener l’équipe loin au printemps.  On est loin des années Guy Lafleur et encore plus loin des années Jean Béliveau et à des années lumières des années Mauriche Richard. 

Difficile de s’identifier à cette équipe.

Avec 15 ans sans Coupe Stanley, la plus longue disette de l’histoire de l’équipe, je ne comprends pas les Montréalais et les Québécois d’encourager la médiocrité autant.

Le Québécois francophone moyen encourage le Canadien, 15 ans sans Coupe Stanley, écoute TVA, un réseau qui nivelle la qualité télévisuelle par le bas, mange chez Valentine, achète du Made In China, achète des simili-Crocs fabriqué en Chine et vote pour Mario Dumont.

On va aller loin avec ça.

Heureusement avec la nouvelle saison, le bois mort du Canadien va se chercher un job ailleurs et l’équipe embauchera de nouveaux joueurs que j’espère francophones de chez nous.

Maintenant le Canadien éliminé vous pourrez vous adonner au golf.  Historiquement l’élimination du Canadien signifie l’ouverture officielle de la saison de golf au Québec.

Allez y c’est magnifique le golf comme sport.

Les Canadiens de Montréal rassemblent mais pourquoi?

Il faut vivre à Montréal ou l’avoir récemment visité pour  comprendre combien les gens de la métropole élargie sont rassemblés derrière leur équipe de hockey professionnelle.

La présence en séries éliminatoires de la Coupe Stanley des Canadiens de Montréal fait afficher les couleurs de nombreux partisans.

Je ne compte plus le nombre de commerces qui arbordent les couleurs du tricolore ni le nombre de chandail bleu blanc rouge que je vois dans la métropole ni les nombreux drapeaux présents sur les voitures qui circulent et sur les devantures de commerces.

C’est beau à voir que vous soyez partisan ou non des Canadiens.  On voit les gens se ranger derrière leur équipe et ils sont la plupart convaincus que leur équipe ira jusqu’au bout.

C’est mobilisateur.  Tellement que même ceux qui connaissent rien au hockey en parlent comme ils parlent de la météo ou du « as-tu vu à la télé hier? ».

Même des enfants en bas âge sont mobilisés par cela.

Même ma voisine, une égyptienne dans la cinquantaine avancée gueule comme une malade quand le Canadien compte.  D’habitude on ne l’entend plus dépassé 20h00 en semaine.

Mais dans le fond qu’est-ce que ça apporte réellement encourager une équipe de hockey?  Rien.  Ça ne met aucun argent dans votre REER, ça ne fait pas une ville plus propre (même au contraire), ça n’améliore pas les routes de la ville, ça ne fait pas un air mieux respirable à Montréal et ça ne fait pas non plus de Montréal une ville ou tous les problèmes de traffic sont absent.

Imaginez si la construction du CHUM, l’amélioration du transport en commun, ou tout simplement une ville plus propre mobilisaient autant les Montréalais.  Wow ça serait grandiose et les projets avanceraient.

Imaginez si sur la vente de chaque drapeau et chandail des Canadiens, 1$ aurait été versé à un organisme quelconque.

Hé non, la mentalité québécoise fait en sorte qu’elle se mobilise derrière une équipe appartenant à un américain, une équipe qui fait pas grand chose depuis 15 ans et qui dans le fond n’apporte rien.  La mentalité québécoise achète des drapeaux de leur équipe et les placent sur leur voiture, drapeaux probablement fabriqués en Chine et vendus à grands profits par des commerçants qui s’en mettront plein les poches.

Qu’est-ce que ça apporte alors pour monsieur et madame tout le monde cette mobilisation sinon de mettre un baume sur la déprime des habitants d’une une ville qui a cessé d’évoluer en 1976?

Jonathan Roy alias J.O.E. Daking

Aidé financièrement par son père, Patrick Roy, Jonathan Roy, le gardien des Remparts de Québec lancera un disque de hip-hop cet été. Il a déjà enregistré dix chansons en studio à Québec.

Roy, qui a fait parler de lui le mois dernier après avoir rué de coups son vis-à-vis des Saguenéens et montré un doigt d’honneur à la foule assistant au match, tente sa chance dans la chanson.

Pourquoi pas?  Je pense que c’est bon de profiter de sa popularité.

Roy s’affiche déjà comme une star sexy sur MySpace sous le nom d’artiste J.O.E. Daking.

Une chanson portera même sur sa célèbre bagarre.

Bon succès!  Qui risque rien n’a rien.  D’un coup que c’est Jonathan Roy qui relance les fêtes du 400e de Québec avec son CD.  Il faut le dire, jusqu’ici ce 400e anniversaire c’est un flop sur toute la ligne. 

Je ne pense pas que Jonathan Roy peut connaître pire succès que le 400e de Québec, jusqu’ici on dirait plus les fêtes d’un petit village de l’Est du Québec que d’une des plus vieilles villes en Amérique du Nord.

Avouez quelque chose qui serait bien drôle… Que Jonathan Roy gagne un trophée au gala de l’ADISQ comme meilleur album hip hop de l’année.

La fin des nouvelles à TQS

Ce serait une très bonne décision de la part de Remstar les nouveaux acquéreurs de TQS.

À quoi bon au Québec avoir autant de sources de nouvelles avec Radio-Canada, RDI, LCN, TVA sans compter les réseaux anglophones ayant leurs bulletins au Québec tel que CFCF, CBC, Global et même une partie de CBC Newsworld et CTV Newsnet?

TQS n’a jamais été capable d’avoir sur le terrain autant de reporters que TVA-LCN et Radio-Canada-RDI alors aussi bien fermé ça et passer à autre chose.

Les événements survenants au Québec sont déjà surmédiatisés avec la presse écrite, la radio et la télévision sans compter l’Internet.  Alors un joueur de moins fera du bien.

Oui je sais vous allez me dire la concentration de la presse, la manipulation de l’auditoire… c’est pas l’absence de TQS qui y changera grand chose.

La nouvelle qu’on peut lire dans le journal Le Soleil de ce matin, va dans le sens que TQS fermerait sa salle de nouvelles et c’est bien correct.

Les Esther Bégin et compagnie pourront se trouver un autre emploi sans problème.

Pour abolir les nouvelles, Remstar devra convaincre le CRTC de modifier sa licence d’exploitation, qui l’oblige à produire 14 heures d’information par semaine. La chose n’est pas impossible: Quebecor a fermé la salle des nouvelles de sa station torontoise Sun TV et cette station survie bien dans le monde télévisuel numérique.

TQS, qui diffuse présentement 28 heures d’information par semaine et pourrait réduire ce nombre graduellement en attendant d’obtenir l’accord du CRTC.

Chose certaine si un réseau de télévision ne peut pas survivre en tentant de faire mieux que les autres, il doit s’orienter sur les créneaux que les autres font moins bien, sinon c’est la fermeture définitive.

Je pense que les gens de Remstar font bien, TQS n’a jamais été capable de rivaliser avec les autres au point de vue des nouvelles.

Parcontre depuis la disparition des Nordiques, ce qui manque à TQS c’est du sport et voilà un volet très mal exploitée par les SRC-TVA.  Je comprends qu’il y a RDS qui fait bien en ce domaine au Québec surtout avec le hockey, le football et les nouvelles du sports mais justement TQS pourrait présenter des sports que RDS ne présente moins.  Déjà TQS a le débat #1 de gérants d’estrades avec 110%. 

Je pense que TQS doit présenter davantage de boxe, (difficile de faire pire que TVA-SRC là-dessus), de lutte, de sports extrême pour plaire aux jeunes, de volleyball de plage, de ski, il y a de l’avenir pour le sports à TQS et aussi pour le sport amateurs avec pourquoi pas des matchs de la LHJMQ, de sports universitaires, de volleyball de plage etc…

Je crois que les nouveaux proprios de TQS sont sur la bonne voie, en espérant que les cotes d’écoutes soit au rendez-vous.

En terminant quelqu’un chez Remstar a songé à changer le nom du réseau de TQS pour autre chose de plus vendeur et de moins associatifs à échecs financiers?

Bon succès!

Saint Patrick Roy sans auréole… du déjà vu.

Ce qui s’est passé au Centre Georges-Vézina samedi soir dernier est déplorable mais n’est ni plus ni moins que bien des gestes disgracieux qui se sont passés dans le hockey junior majeur du Québec durant les trente dernières années.

Qui ne se souvient pas des frasques de l’entraîneur Joe Canale avec les Cataractes de Shawinigan qui lançait des bâtons de hockey sur la patinoire quand il pétait les plombs?

Qui ne se souvient pas des saintes colères du Tigre, Michel Bergeron alors entraîneur des Draveurs de Trois-Rivières qui sautait presque sur le banc adverse tellement il était furieux?

Qui ne se souvient pas de Marc Lachapelle, arbitre détesté et imbu de lui-même qui a fait rager plus d’un entraîneur et d’un joueur dans le junior?

Qui ne se souvient pas des rivalités Shawinigan – Trois-Rivières ou Drummondville – Shawinigan ou en tant que spectateur vous aviez intérêt à être assis du bon bord dans l’aréna sinon bières renversées sur vous vous attendait si vous applaudissiez la mauvaise équipe.

Qui ne connaît pas la ligue de hockey semi-pro du Québec qui attire des foules de par ses nombreuses bagarres.

Qui ne se souvient pas des Broad Street Bullies, doux surnom donné aux rudes Flyers de Philadelphie qui affrontaient les Canadiens de Montréal dans les années 70.  Combien de bagarres a-t-il eu entre ces deux équipes dans les années 70?

Combien de partisans Québécois de hockey échangent sur le sujet en faisant référence à une bagarre? 

Quel partisan des Canadiens ou des ex-Nordiques n’évoquent pas de bons souvenirs en discutant du fameux match du vendredi saint ou la bagarre générale avait éclaté entre les deux équipes?

Quel partisan de hockey des dernières années n’a pas de bons souvenirs en discutant des matchs éliminatoires opposant l’Avalanche du Colorado et les Red Wings de Detroit?  Qui ne se souvient pas d’avoir vu de nombreuses bagarres entre ces deux équipes et tiens donc même Patrick Roy traversé la patinoire pour aller se battre avec le gardien des Red Wings?

Cessez de jouer à l’autruche les Québécois aiment ça les bagarres au hockey.

Quel fan de hockey Québécois n’a pas de bons souvenirs en se remémorant des bagarres de Chris Nilan, John Kordic, Mario Tremblay qui portaient le chandail des Canadiens de Montréal? 

Qui n’a pas de bons souvenirs des bagarres impliquant les George Laraque, Bob Probert, Dave Schultz, Terry O’Reilly?

Alors de grâce, les Claude Poirier de ce monde qui jugent un sport tel qu’il a été depuis des décennies et qui réclament des poursuites judiciaires face à Patrick Roy et son fils…  Taisez-vous donc.

D’autant plus que Claude Poirier c’est connu est un grand fan des Bruins qui ont longtemps traîné la réputation de « Big bad Bruins » avant d’être les petits oursons des dernières années.

Sincèrement laissons le sport gérer le sport.  N’allons pas mêler la politique et la justice là-dedans.  Ça ne fera que tuer le sport. 

Dans le fond si ça n’impliquerait pas le fils de Patrick Roy et Patrick Roy comme entraîneur, est-ce qu’on en parlerait-tant?

Si ça c’était passé en pleine campagne électorale est-ce que les médias en aurait « surparlé » de la sorte?

Bien sûr que non… parce que c’est un moment tranquille dans l’actualité et que c’est Jonathan Roy, le fils de Patrick Roy et ce dernier qui sont impliqués dans des incidents que les médias en parle à outrance.

Regardez la situation entourant le fils de Guy Lafleur.  Si ce n’était pas le fils de Guy Lafleur mais le fils de Jules Sanscartier (nom aléatoire ici), petit banlieusard de Montréal et inconnu de tous, personne n’en parlerait.

Petite question en terminant.  Si Patrick Roy n’avait pas quitté les Canadiens de Montréal et qu’il n’aurait pas été gagné des Coupe Stanley au Colorado, est-ce qu’on en parlerait autant à Montréal?  Certains journalistes sportifs et partisans des Canadiens ont souvent le sens de la douce vengeance. 

Les médias rapportent que même Guy Carbonneau ne dit plus reconnaître son ancien coéquipier. 

Batinse il n’est pas pour le défendre, Carbonneau est président des Saguenéens de Chicoutimi qui lutte dans une série 4 de 7 contre les Remparts de Québec dirigé par Patrick Roy.  Que Carbo se taise et ça presse, il n’a aucune crédibilité dans ses propos.

Allez laissez les autorités de la LHJMQ faire leur travail et qu’on passe à autre chose.

Patrick Côté, un nom sportif à confusion au Québec

Cela a passé inaperçu pour plusieurs mais Patrick Côté a remporté une importante victoire hier à Las Vegas.

Patrick Côté a fait un pas de plus dans sa quête pour l’obtention d’un combat de championnat du monde dans la catégorie des poids moyens du Ultimate Fighting Championship (UFC).  Il a maintenant une fiche de 13-4.

Vous pourrez le voir à Montréal en avril alors que la UFC débarquera à Montréal pour la première fois de son histoire.

Mais qui est Patrick « The Predator » Côté ?

À ceux qui s’intérroge, il n’est pas le Patrick Côté des anciens Chiefs de Laval, un pugiliste sur patin qui évolue dans la LNAH, mieux connu pour la ligue de hockey semi-pro. 

Côté, le pugiliste, est un ancien militaire qui a servi jusqu’à l’âge de 24 ans, il aura 28 ans le 29 février prochain, il mesure 5′ 11″.

L’autre, le hockeyeur, mesure 6′ 3″, est né à LaSalle le 24 janvier 1975, c’est donc 33 ans aujourd’hui ça, quel hasard tout de même.

En plus, le pugiliste se fait surnommer « The Predator » et l’autre, le hockeyeur a déjà enfilé l’uniforme des Predators de Nashville.

Vraiment, un devrait se nommer Patrick H. Côté et l’autre Patrick P. Côté.  H pour hockey et l’autre P pour pugiliste.

Les déboires de TQS, pleurnichages et réalités.

Hier a l’assemblée des actionnaires de Cogéco, Louis Audet, PDG de la compagnie qui était actionnaire principale dans TQS a pleurniché sur le fait que c’est la faute à Radio-Canada si TQS connaît de tels déboires.

C’est une demie-vérité. Il faut aussi avouer que les gestionnaires de TQS n’étaient pas très forts.

La présence d’Internet fait également mal aux télés québécoises. Pour s’informer rapidement de plus en plus de gens se tournent vers Internet. Même chose pour connaître la météo.

D’un autre côté, il est vrai que la télé d’État est subventionnée à outrance en plus des séries qui y sont présentées qui elles aussi sont subventionnées à outrance. Radio-Canada bénéficie de fonds publics et s’accapare d’une grosse partie de la tarte des publicités au Québec.

Le mandat de la télé d’État n’est pas de compétitionner les télés privées mais de servir la population, de l’informer.

Le mandat de la télé d’État n’est pas de présenter des séries comme Les Boys, Virginie ou des émissions comme Infoman ou tout le monde en parle ou des émissions sportives tel que la retransmission d’un gala de boxe en direct. L’épicerie, la Facture et le Téléjournal, là parcontre c’est plus dans le mandat de la télé d’état.

Il serait grand temps de revoir le mandat de la télé d’État pour qu’elle cesse une fois pour toute sa déloyale compétition.

Pour TQS… c’est un canard boîteux depuis toujours. C’est la télé qui sort à peine sa tête de l’eau et qui est pris entre l’éternel duel Radio-Canada – TVA et qui est trop puissante pour combattre Télé-Québec qui elle aussi on se demande le pourquoi de son existence.

TQS ne pouvait pas durer, en fait ne peut pas durer, elle est en mode survie depuis toujours.

Depuis la disparition des Nordiques et la perte de la télédiffusion de certains matchs des Canadiens TQS ne présente plus de sport sauf son émission phare de fin de soirée où tout le monde parle en même temps, 110%. Parcontre TVA ne présente plus de sports non plus et elle survie.

Tu ne peux pas présenter un modèle d’affaires viable avec des émissions comme Loft Story, 110%, le grand journal, 450 Chemin du golf, Caféine, 90 minutes de bonheur, Bob Gratton ma vie/my life et Flash. Une télé, pour qu’elle survive, se doit d’être bonne 6 fois sur 10.

Y’a quelqu’un hier de mon entourage qui me disait qu’il n’a pas écouter TQS depuis qu’ils ne présentent plus Les Pierrafeu.  Aie!

Il y a saturation de la télé au Québec. Si on veut s’informer en français à 18h on a RDI, LCN, Radio-Canada, TVA et TQS. Cinq chaînes pour plus de 6 millions de francophones au Québec.

Regardons d’un peu plus près quelques émissions de la grille horaire de TQS.

110%… certes c’est l’émission de discussion sur le sports la plus écouté au Québec.

450 chemin du golf
, une bonne série mais qui malheureusement joue en même temps que Virginie à Radio-Canada, très mauvaise position à la grille horaire.

L’avocat du diable
. Un has been et un homme que je respecte beaucoup animent cette émission d’informations. Richard Desmarais est un homme très plaisant à écouter. Guy Fournier, le touche à tout, n’a pas d’affaires là.

Bob Gratton, ma vie/my life
: c’est une série humoristique assez intéressante dont TQS a placé cela dans sa grille horaire le mercredi 21h. Ça vise un public qui aime ce genre d’humour, évidemment ils ne sont pas 2 millions à regarder la série.

Caféine. C’est un show du matin où humour et actualités sont les principaux thèmes. C’est un Salut Bonjour cheap dans un décor cheap. À cette heure le matin ceux qui veulent être informés vont à Radio-Canada, LCN ou RDI ceux qui veulent plus de variétés vont à TVA.

Flash: c’était la meilleure émission d’informations culturelles et artistiques au Québec avant que TQS décide de mettre Pierre Brassard comme « chef d’antenne » de l’émission. Quelle gaffe monumentale. On est passé de Patricia Paquin et Alain Dumas à Pierre Brassard le gars qui n’est pas capable d’enligner deux phrases sans dire une platitude. Le gars qui se pense encore avec un veston bleu poudre mais qui anime un émission d’informations culturelles et artistiques. Moi j’ai abandonné Flash à cause de la présence de Brassard. Ça ne fait vraiment pas sérieux.

Loft Story: un émission appréciée par plusieurs personnes mais qui malheureusement est animée par une amateure, on devrait davantage laisser Virginie Coossa comme animatrice principale. Cette saison, Marie Plourde et Louise Deschâtelets n’avaient tout simplement pas d’affaires là. De plus quand le maître a changé les règles du jeu où un seul gagnant serait couronné, je connais beaucoup de monde qui ont débarqué.

RPM: une bonne émission d’information sur l’automobile.

Sans contredit pour moi le futur de TQS passe par une ouverture de la chaîne à midi, même à 17h00 avec un bulletin de nouvelles, et une fermeture le soir avec Bleu nuit qui pourrait devenir une quotidienne malgré que maintenant avec Super Écran, qui choisira d’écouter Bleu nuit où on voit une paire de seins à la demie-heure tandis qu’à Super Écran à chaque soir il y a un film XXX où l’on voit tout.

TQS doit s’orienter davantage sur l’information, le sports et humour. C’est ce qui est vendeur au Québec.

Mais si vous voulez mon humble avis et avis très réaliste, on pourrait également très bien fermer la chaîne 24 heureus sur 24. Dans le fond 110%, Jean-Luc Mongrain et Chantal Lacroix, les séries Bob Gratton ma vie/my life et 450 Chemin du golf, Loft Story, les Simpson, les émissions RPM, Flash et même Bleu nuit pourraient tous être récupérées par TVA et personne n’en verrait la différence.

Finalement 6 millions de francophones pour autant de chaînes de télé. Ça n’a pas de sens et il est évident qu’après TQS d’autres suivront et afficheront publiquement leurs difficultés financières.

Pensez-y au Québec en français vous avez les chaînes Teletoon, Vrak TV, Radio-Canada, RDI, TVA, LCN, TQS, Séries +, Canal D, Musique Plus, Musimax, Super Écran, RDS, RIS, Historia, Canal Évasion, ART TV, Meteomedia, Canal Vie, Z Télé, Canal Argent, Canal Mystère, Prise 2, Ciné Pop.

C’est beaucoup trop de chaînes pour 6 millions d’âmes francophones.
Imaginez un instant un dimanche soir où 1,5 million de personnes écoutent TVA, un autre 1,5 million écoutent Radio-Canada avec celui qui parle trop de ce que tout le monde a déjà parlé. Il reste donc 3 millions de téléspectateurs potentiels pour les 22 autres chaînes francophones. Si à part égale les 3 millions de téléspectateurs potentiels écoutent les 22 autres chaînes, cela donne des cotes d’écoutes d’environ 136 000 personnes par chaînes.

La réalité est tout autre. Ils ne sont pas 6 millions de francophones à écouter la télé en français le dimanche soir à 20h. De ce nombre plusieurs travaillent, d’autres écoutent un film sur DVD, d’autres lisent un bon livre, d’autres sont au cinéma, d’autres sont au restaurant, d’autres sont sur leurs ordinateurs ou devant un jeu vidéo ou encore simplement d’autres francophones écoutent la télé en anglais ou ne l’écoutent pas dutout et vaquent à multiples occupations autres que d’écouter la télé.

Avec ce que je viens de vous énumérez, disons qu’ils sont en réalité 3,5 millions de francophone a écouter la télé en français le dimanche soir à 20h.  Cela donne une moyenne de 22 700 téléspectateurs aux 22 chaînes qui restent à part TVA et Radio-Canada.  Aie aie aie!

Vous voyez c’est cela la réalité du monde de la télé au Québec. Il est évident que TQS et d’autres chaînes ne peuvent pas survivre dans une telle réalité.

Dans le temps, je remonte à 30 ans, le Québec n’avait que Télé-Québec, Télé-Métropole et Radio-Canada et tout le monde étaient heureux.

L’Académie de hockey McDonald’s

Vous aimez les émissions éducatives et intéressantes?  Surtout vous aimez le hockey?

Je vous invite à regarder une autre saison de l’Académie de hockey McDonald’s animé par Joël Bouchard sur les ondes de RDS.

C’est bien fait, très instructif que vous jouiez au hocke ou que vous êtes tout simplement un fan.

Bravo à Joël Bouchard et toute son équipe.

Élimination des Canadiens de Montréal

Avec la non participation aux séries éliminatoires des Canadiens de Montréal, je vous prédis une hausse du taux de natalité pour les mois de janvier et février 2008.

Ainsi au lieu de regarder ces morrons perdent à répétitions, certains couples baiserons plus en semaine et le samedi soir… Monsieur voudra faire ce que Kovalev ne fait pas assez souvent: scorer.

Résultat: certains verront naître le fruit de leur labeur de quelques instants de passions.

Méchant mardi et ça commence dès ce soir pour plusieurs.