Les Beaux malaises spécial Noël

Ouf…. que se fût pénible d’écouter les Beaux malaises spécial Noël.

Sincèrement je m’attendais tellement à mieux.  La barre était haute.  Un 31 décembre, non mais, le Bye Bye est une référence depuis des décennies et Infoman depuis quelques années.

Ouf,…. pour vous dire on ou aurait passé Symphorien à TVA et s’aurait été mieux.

 

Publicités

Rigolons à Caméra Café

J’aime pas beaucoup les publicités à la télé, je trouve qu’on essaie davantage de nous laver le cerveau que de nous vendre un produit.

C’est pourquoi je suis abonné illico de Vidéotron et que je regarde différentes émissions via le canal 900.

Hier j’ai écouté 6 épisodes de Caméra Café et franchement l’ajout de François Morency qui joue un rôle d’avocat non voyant et du concierge Lépine joué par Mario Bélanger rehausse grandement cette émission depuis le départ de Martin Matte et Pierre Brassard.

J’ai ris hier comme ça ne se peut pas.

Claude Prégent, Catherine Florent, Julie Ménard, Antoine Bertrand, Mahée Paiement, Jasmin Roy sont vraiment aussi très drôles chacun dans leurs rôles.

Bravo et je vous conseille d’écouter ça si vous aimez rire.

Comme il n’est plus un castor, Laurent Paquin devient porte-parole Nez Rouge

Comme il n’est plus la voix d’un castor de Bell, Laurent Paquin devient porte-parole de Nez Rouge.

Je trouve bien étrange que ce soit un humoriste qui nous encourage à utiliser le service Nez Rouge.

Pour moi ça ne fait pas crédible, ça fait plutôt une grosse farce.

Donc cette année c’est la tronche de Laurent Paquin qu’on verra dans les publicités télés.

La méthode « PC » maintenant appliquée à d’autres industries

Ceux qui comme moi suivent l’informatiques depuis plus de 25 ans savent que le prix des ordinateurs a baissé radicalement mais qu’à l’inverse le prix des logiciels a monté en flèche.

Il semble maintenant que la méthode que j’appelle « PC » inventée selon moi par Wintel (Microsoft – Intel), soit vendre l’ordinateur le moins cher possible, mais augmenter au max le prix de ce qui le nourrie, les logiciels, veule s’appliquer à d’autres industries.

Ainsi de plus en plus de fabricants automobiles vendront dans le futur des véhicules sous la barre des 10 000$. Mais l’essence qui sert à nourrir l’automobile deviendra probablement de plus en plus dispendieuse. Au Canada, le prix du litre d’essence à 2$ sera probablement chose atteinte vers 2012.

L’industrie musicale a depuis quelques années fait un mouvement similaire dans d’autres proportions et ausso pour d’autres raisons. Ainsi le prix des albums des artistes baissent à vue d’oeil, sans compter ceux qui téléchargent illégalement gratuitement, mais avez-vous vu monté en flèche le prix des spectacles? Aie aie aie! Dans le temps, je parle des années 80, voir un bon show au forum ou dans votre salle de spectacle populaire local c’était quoi de 10 à 25$? Pour les mêmes places aujourd’hui, au Centre Bell pour un artiste de renommée internationale tel que Billy Joel, le billet les billets varient de 65$ à 149$.

Vous voulez voir Santana, le bon vieux Carlos est peut-être moins gourmand, mais il demande tout de même 45 à 75$ par billet.

Bon d’accord je vous entend dire « oui mais le Forum n’avait rien à voir avec la qualité de salle qu’est le Centre Bell ».

Ok, vous avez un point.

Allons voir du côté des régions alors ou les salles n’ont pas dramatiquement changé si on compare le Forum et le Centre Bell.

Sherbrooke, salle Maurice O’Bready, voir Kevin Parent, 32,50$. Sylvain Cossette, 36,50$

Richard Desjardins au Grand Théâtre de Québec de 31$ à 41$

À l’étoile du quartier Dix-30, voir Robert Charlebois coûte de 20$ à 65$.

Zachary Richard au Cégep Lévis-Lauzon… 38$

Et le comble, voir Renée Martel en spectacle à Saint-Hyacintee coûte 34$.

Ça n’a pas de bon sens. Écoutez, un couple, amateur de Renée Martel, ne s’en sort pas en bas de 70$ pour son spectacle.
Voir Zachary Richard vous coûte par couple 80$.

Ça c’est en région et sans compter les frais de réseaux pour l’achat des billets.

Toutes taxes et frais divers inclus, j’ai payé 36$ pour deux billets à la fin des années 80 pour voir le groupe québécois The Box en région. C’était le groupe de l’heure au Québec et j’ai payé 36$. Imaginez aujourd’hui ce que cette paire de billets m’aurait coûté. Au jeu des devinettes j’y vais pour 100$. RIDICULE avouez-le.

Pour voir Billy Joel au Centre Bell, un couple devra débourser au minimum 150$ ce qui inclus une paire de billet à 65$ chacun et le stationnement à 15$. Évidemment s’ils ont des enfants on parle aussi du prix de la gardienne qui ne vous coûtera pas 7$, les CPE et garderie étant closes le soir. Je ne tiens pas compte non plus du prix du resto auparavant.

Bientôt les artistes musicaux vont donner leur album mais le prix pour les voir en salles monteront encore en flèche.

Même certains sites permettent de télécharger des albums complets pour une fraction du prix en magasin. Est-ce légal? Là je l’ignore. Mais de voir un tel site avec une extension .RU, .CN ou .ATH.CX me laisse douter des bonnes intentions du ou des propriétaires de ces sites, surtout pour le .ATH.CX.

Revenons aux prix exhorbitants demandés pour un billet en salle. Quand on y pense il faut tout de même que les artites musicaux gagnent leur vie à quelque part. Voilà dans ce cas-ci où aura mené l’industrie des l’original Napster et de ses dérivés par la suite qui permettent le téléchargement gratuit de musique.

Pas besoin de police pour attraper les fautifs qui téléchargent de la musique illégalement, l’industrie musicale se charge très bien faire payer tout le monde. Une minorité de gens téléchargent illégalement de la musique mais c’est toute une société qui paie.

La même chose s’applique aussi aux billets de cinéma. Allez voir un bon film le vendredi soir coûte au minimum 25$ par couple et que pour les billets. Ce n’est pas pour rien que certains attendent la sortie du DVD qui leur coûtera le même prix a sa date de disponibilité.

À une inflation du prix des billets de spectacles et ce pas juste musicaux, mais il y’aura toujours des gens à qui cela profitera davantage qu’aux autres. On a qu’à penser aux humorites. Voir Michel Courtemanche en 1990 coûtait 10 à 20$ dans une salle en région. Aujourd’hui voir Martin Matte coûte 47$, Louis-José Houde 52$.

Je ne crois pas que l’humoriste soit lésé autant que les artistes musicaux par l’industrie du téléchargement gratuit ou illégal. Il ne fait donc que profiter de l’inflation des billets de spectacles pour s’en mettre plein les poches. Cela est sans compter la sortie DVD de leur spectacle qui se vend très bien aussi.

Nul besoin de vous dire que plusieurs humorites sont millionnaires, ou presque.

Non mais faites le calcul pour Martin Matte. Spectacle très populaire, publicités de Honda et sortie de spectacles sur DVD… allô le fric et tant mieux pour lui et tout les autres. Mais n’allez pas croire que les humoristes populaires ne sont pas millionnaires ou pas loin. Croire le contraire serait vous laissez leurrer à moins qu’ils soient tous des dépensiers compulsifs… là je l’ignore, mais on le sait tous dans le cas de Jean-Marc Parent et ça c’est un autre débat.

L’humour en spectacles, en DVD, sur CD et à la télé aura généré sont lot de millionnaires au Québec. Allez demander aux Guy A. Lepage, Martin Matte, Louis-José Houde, Michel Barrette, Yvon Deschamps et Patrick Huard, pour ne nommez qu’eux, de vous prouvez le contraire. Encore une fois c’est tant mieux pour eux.

Pour revenir aux PC… observez une industrie toute près de l’ordinateur et combien pratique. Aujourd’hui une bonne imprimante à jet d’encre coûte 60$. Allez voir le prix des cartouches maintenant.

Voilà, on donne presque l’outil mais l’essence pour s’en servir coûte une fortune.

C’est ça la méthode « PC » qui s’applique malheureusement de plus en plus à d’autres secteurs.

Le jour où le prix des télés sera ridiculement bas, disons une 26 pouces LCD pour 200$, vous verrez le prix du câble et du satellite monter en flèche. Bien oui une télé à 200$ mais 90$ par mois pour l’alimenter adéquatement en chaînes télé.

Ne riez pas trop, ce jour est proche.

Taxi 0-22

Jeudi soir dernier à TVA, j’ai écouté la nouvelle émission mettant en vedette Patrick Huard. Le concept est bien et simple. Rogatien, un chauffeur de taxi de Montréal embarque des vedettes pour une course en taxi. Il se rend souvent à son casse-croûte favori et discute avec la serveuse (l’excellente Sylvie Boucher). Il a également son père (Yvon Deschamps pour ceux qui n’ont pas reconnu sa voix) qui on sent qu’avec lui, il va se développer davantage d’histoires hors-taxi. Rogatien a une opinion sur tout, c’est teinté d’humour, parfois un peu trop vulgaire, mais bon, au Québec il semble qu’humour et vulgarité vont de paire pour que le succès soit au rendez-vous.

Je me suis posé la question suivante en écoutant l’émission. Pourquoi lors de l’émission de la semaine dernière qu’on a seulement vu Robert Charlebois quitté le taxi mais qu’on a vu aucun d’extraits visuels de sa course?

Bye Bye de R.B.O. et les Outgames

Hé bien! Il paraît que la communauté gays est fâchée après R.B.O. pour leur parodie des Outgames au Bye Bye du 31 décembre dernier.

À mon avis, les gays sont sûrement pas autant fâchés que les contribuables Montréalais qui ont du essuyé le déficit de ces jeux insignifiants.

Bravo R.B.O. !

Bye Bye R.B.O. Adieu têtes à claques!

J’ai regardé ce soir la reprise du Bye Bye de R.B.O. présenté sur les ondes de Radio-Canada.
J’ai bien aimé. J’ai retenu aussi la claque dans la face, très méritée, que R.B.O. a envoyé aux concepteurs de Têtes à Claques en les parodiants Têtes à vides. Quand le groupe le plus prolifique de l’humour au Québec envoie une aussi grande claque sur la gueule à d’autres oeuvrant dans le domaine de l’humour, ça ne peut que faire réfléchir ceux qui reçoivent la claque sur la gueule.

C’est vrai que le phénomène Têtes à Claques prend de l’ampleur sur Internet. À mon avis une ampleur non méritée pour un humour plate et vraiment nul. J’ai peur que le phénomène se transporte à la télé ou encore à la radio. J’ose espérer que non mais j’ai bien peur que si.

Quand ma nièce de 9 ans me récite par coeur le début du sketch sur le Willy Waller, je me dis, ça y’est y a du mon de contaminés par ces absurdités. J’aurais préféré à la place qu’elle me récite quelque chose de plus instructif pour sa culture.

En terminant, le Bye Bye R.B.O., à la fin, ressemblait plus des adieux de R.B.O. qu’à un bye bye.