Lotto Max pas payant pour l’acheteur ni pour Loto-Québec ?

Vous le savez Lotto Max a remplacé la Lotto Super 7 le vendredi soir.

Depuis le premier tirage de Lotto Max le 25 septembre dernier il s’est vendu pour 199 610 885 dollars en billets de Lotto Max, arrondissons donc à 200 millions.

En prix, les gagnants de Lotto Max ont reçu 78 764 909,10$.

Donc on peut dire que l’organisateur de Lotto Max a fait un profit brut de 120 845 975,90$ Mais cela est sans les coûts de publicités et la remise au revendeurs.  Mais tout de même j’estime les profits à 80 millions.

Payant Lotto Max pour Loto-Québec ? Oui à condition que le lot principal ne soit pas gagné à chaque tirage.

Prenons le cas du dernier tirage.  Lotto Max a généré des ventes de 54 779 660$ mais ils sont remis 63 460 703,70$ aux gagnants.  Déficit de près d’environ 8,5 millions ici.

Est-ce que Lotto Max est voué à la disparition ?

J’en suis convaincu ce n’est pas assez payant pour l’acheteur et le risque est grand pour le vendeur.  Car si le lot principal est gagné, les profits sont égrainés rapidement.  À 5$ le billet et avec si peu à chaque tirage remis aux gagnants à l’exception du lot principal, les gens vont se tanner et ils vont ramener quelque chose qui se rapprochera du Super 7.

C’est comme la Lotto 6/49, cette loterie se meurt depuis que le billet est à 2$. À chaque tirage ils ont peine à vendre 15 millions de dollars en billets alors qu’avant c’était beaucoup plus facile de vendre 20 à 25 millions de dollars en billets.

Même chose pour Quebec 49 qui écope ses jours-ci avec un gros lot plafonné à 2 millions.  La loterie réussit rarement à générer 750 000$ en vente à chaque tirage.

Les gens ne sont pas si dupes et Loto-Québec va devoir s’ajuster rapidement.

la loterie Super 7 disparaîtra au mois de septembre prochain

Terminé le petit bandeau qu’on nous présente en publicité à l’écran pour nous annoncer le gros lot du Super 7.

La loterie disparaîtra le 18 septembre prochain.

La loterie cèdera sa place à une loterie nationale qui fera plus de millionnaires et probablement moins de gagnants de lots secondaires.

L’art encore une fois de se tirer dans le pied.

Les Lavigueur, la vraie histoire

Hier soir j’ai été de ceux qui ont regardé la série sur les Lavigueur à Radio-Canada.  Série sur cette famille de l’Est de Montréal qui a remporté le gros lot au loto 6/49 au milieu des des années 80.

En fait j’ai été très déçu du premier épisode.  Je comprends qu’on voulait nous montrer la misère de la famille avant qu’elle gagne le gros lot mais qu’on nous montre, Louise, 16 ans, en train de se faire sauter par un pusher de l’Est presque deux fois son âge, je ne crois pas que c’était nécessaire.  Vraiment pas.
Déjà on semble vouloir nous faire détester Louise ou du moins nous la faire voir à part des autres parce que plus tard, elle ne fera pas parti des gagnants du gros lot, n’ayant pas contribué à l’achat du billet.  Par la suite Louise poursuivra son père…  bref je ne vais pas raconter l’histoire.

Le premier épisode traînait en longueur sur la thématique, »misère de la famille », et il me fera plaisir de passer mon tour pour les cinq prochains épisodes de la série qui en compte six.

Le reste de l’histoire je ne vais pas vous la raconter, ceux qui ont lu les médias depuis le 2 avril 1986, connaissent l’histoire de cette famille et je ne crois pas qu’on en apprenne beaucoup plus en regardant la série.

Selon moi les Lavigueur représente exactement ce qu’il ne faut pas faire si vous gagnez à la loterie.  Alors si un jour vous pensez gagner le gros lot à la loterie et que vous désirez apprendre ne pas quoi faire bien allez y regarder: Ce que je ne dois pas faire 101 si je gagne à la loterie, une série éducative en 6 épisodes diffusée le mardi soir à Radio-Canada de 21h à 22h.  Sinon comme moi passer votre tour.

Sur une note positive, mes félicitations à Pierre Verville dans le rôle de Jean-Guy Lavigueur, il est très bon acteur.