Radio-Canada et les jeux de Pékin: gaspillage criant de fonds publics

J’apprends ce matin que sur les 207 personnes de Radio-Canada affectées à la production des Jeux, seulement la moitié, 107, se rendront à Pékin, en Chine.

Jusque là, rien de nouveau, c’est comme ça depuis au moins trois présentations des Jeux à cette antenne.

Sauf que…. qu’on apprend que Michel Villeneuve animera quotidiennement La zone olympique, en direct de Pékin, à 19h30.

Que Céline Galipeau et Jean-François Lépine présenteront tour à tour À l’heure de la Chine à 19h, de là-bas.

Le comble…  Même Jean-René Dufort y sera pour réaliser un reportage par jour.

Quel beau gaspillage de fonds publics.

Allons-y envoyons 107 personnes, c’est le contribuable qui paie.

Fort heureusement, ces Jeux Olynpiques seront les derniers de Radio-Canada avant longtemps.

Rappelons que CTVglobemedia a obtenu les droits de diffusion des Jeux de 2010 et de 2012 pour TQS et RDS.

J’imagine qu’à TQS, le réseau broche à foin, on aura droit à une webcam dans les piscines olympiques pour suivre la natation et les plongeons.

Qu’est-ce que en 2008, vous préférez, comme citoyen du Québec?  Des salles d’urgence et des écoles efficaces ou des jeux diffusés à la télé d’État?  Il est là le vrai choix.

Une société doit faire des choix douloureux celui-ci en est un.    On ne peut pas tout avoir endettés publiquement comme nous sommes au Canada, au Québec.

Il est alors grand temps qu’on privatise Radio-Canada et Télé-Québec.  C’est ainsi plus d’un milliard de dollar qui pourrait être injecté dans le réseau d’éducation et de la santé.

Quand on y pense, dans ce beau grand système politique canadien et québécois, les têtes à claques sont vraiment les contribuables.  Il est temps que ça change.

En matière de télévision, vive le privé!

Le américains se placent les pieds pour 2010


Les bulletins de nouvelles en ont parlé, le tout c’est fait en douce en pleine saison estivale sans qu’aucun politicien n’intervienne.

Intrawest, entre autre propriétaire du centre de ski de Whistler Blackcomb en Colombie-Britannique et du centre de ski du Mont-Tremblant ainsi que 21 terrains de golf à travers l’amérique (six au Canada dont deux au Mont-Tremblant), vient d’être vendue à des américains.

En effet, Fortress Investment Group LLC paiera 35 $ US en liquide (2,8 milliards US) et assumera la dette d’Intrawest, une entreprise de Vancouver fondée en 1976.

Je trouve cela scandaleux.

Rappelons qu’Intrawest avait investit plusieurs centaines de millions de dollars au cours de la dernière décennie pour faire du Mont-Tremblant une destination primée par les touristes plus fortunés. Une véritable petite ville haute-gamme s’est bâtie avec Intrawest qui développait l’immobilier du Mont-Tremblant en investissants dans la construction de condominiums, deux terrains de golf haut de gamme et un rehaussement de la station de ski.

Voilà que la compagnie est vendu et ce sont les américains qui vont profiter de l’achalandage prévu en 2010 pour les jeux olympiques d’hiver de Vancouver.

Est-ce que cela veut dire qu’on vient de vendre aux américains le Mont-Tremblant et sa destinée?

J’ai bien peur que oui. Ce n’est pas nécessairement une bonne nouvelle pour les employés d’Intrawest qui devront tôt ou tard se plier à la médecine américaine et éventuellement accepter des baisses de salaires.

Durant la même journée, une petite brasserie canadienne du nom de Sleeman se faisait offrir un offre d’achat par la brasserie japonaise Sapporo…

C’est dommage mais c’est ça l’entrepreneurship canadien. Dès que le succès et la renommée sont atteints, pour la plupart, les entrepreneurs canadiens vendent aux américains ou au plus offrant des étrangers.
On a juste à penser aux:
Groupe DMR acheté par Amdhal
La Compagnie de la Baie d’Husdon achetée par l’américain Jerry Zucker

Le Canadien de Montréal acheté par l’américain George Gillet

La maison de courtage Midland Walwyn vendu aux américains

La Brasserie Molson achetée par Coors Brewery (fusion mon cul)

Biochem Pharma achetée par Shire (Biochem était la compagnie la plus avancée pour le traitement contre le SIDA)

La Brasserie Labatt achetée par la belge Interbrew. C’est donc dire que 98% du marché de la bière canadien sera bientôt contrôlé par les Américains (Molson), les Belges (Labatt) et Sleeman (Sapporo)… Pas croyable!

Pour ne nommer que ces compagnies car la liste est pas mal plus longue si on regarde les 20 dernières années.

Évidemment les américains n’achètent pas les canards boîteux que sont les Nortel, Quebecor, Rogers Communications, Air Canada (relevé d’une faillite), Bombardier et BCE, il faut dire que ces quatres dernières sont en quelque sorte protégées par une loi fédérale qui empêche les compagnies étrangèrent de détenir plus de 30% dans nos compagnies de transport et de télécommunications.

Parions que d’ici dix ans nos Groupes CGI, Onex, Kinross Gold, Goldcorp, Petro-Canada, Irving, McCain Foods, Imprimeries Québécor, Alimentation Couche-Tard, Rôtisseries St-Hubert, CAE, Barrick Gold, Loblaw Companies, Metro, Cara Operations, Mega Blocks et Jean Coutu passerons aux mains des américains.

Petit peuple va avec tes entrepreneurs égoïstes qui ne pense qu’à eux.