Maxime Bernier à la tête de l’ADQ… Julie Couillard ministre de la Justice, André Arthur ministre des Finances?

Je lisais dans La Presse que certains membres de l’ADQ voient Maxime Bernier à la tête de l’ADQ, bref celui qui remplacerait Mario Dumont.

J’ai ris sans bon sens quand j’ai lu ça.

Tiens pourquoi pas Julie Couillard ministre de la Justice et André Arthur ministre des Finances avenant une victoire majoritaire des adéquistes.  Tout un gouvernement n’est-ce pas?  On pourrait en rajouter mais bon…

Parlons plus sérieusement ici.

Si l’ADQ veut survivre elle doit changer son nom.  C’est quoi un adéquiste au sens politique.  Bon sens c’est rien.  En politique t’es libéral, conservateur, d’extrême gauche, d’extrême droite, socialiste, communiste ou bien créditiste (qui vit sur le crédit???).  Mais adéquiste, ça n’existe pas un adéquiste au sens politique.

Si l’ADQ veut survivre elle doit se nommer Parti Conservateur du Québec.

Parce que oui des conservateurs il y en a au Québec.  Ils ont été nombreux à élire Brian Mulroney sur la scène fédérale.  Ils ont été  jadis nombreux à élire des premier ministres québécois conservateurs, Pierre-Joseph Olivier Chauveau, Gédéon Ouimet, Joseph-Adolphe Chapleau, Joseph-Alfred Mousseau, John Jones Ross, Louis-Olivier Taillon, Charles-Eugène Boucher, Edmund James Flynn et même Jean Charest, un libéral, mais jadis un conservateur au niveau fédéral.

Alors pourquoi pas un retour au Parti Conservateur du Québec?

Sur la scène fédérale, si Stephen Harper le petit gars de Calgary aurait été, Stéphane Hardy le petit gars de Matane, il aurait été élu majoritaire.  Mais un anglais ça fait toujours peur aux québécois.

Maxime Bernier premier ministre du Québec à la tête du Parti Conservateur du Québec….  Pourquoi pas, après tout ça ne peut pas être pire que Jean Charest, premier ministre libéral, le roi de l’inertie.

Mais Mario Dumont premier ministre du Québec à la tête du Parti Conservateur du Québec, ça sonne aussi bien.  Mario Dumont devrait rester, sous une bannière conservatrice provinciale, ça infuserait du renouveau à son parti.

Le blogueur Patrick Lagacé poursuivi pour 1,3 M$ par TVA

je dirais une chose sur cette histoire.

Ce n’est pas parce que ton nouvel employeur te donne un crachoir de luxe que t’es obligé de cracher sur ton ancien employeur.

Bravo à TVA de ne pas se laisser faire.  Gesca et ses filiales (dont La Presse et Cyberpresse) avaient déjà surmédiatisé le scandale impliquant le ministre conservateur, Maxime Bernier. 

Est-ce que c’était nécessaire pour TVA d’en rajouter et d’embarquer dans le même sens que Gesca, un organisme près des partis Libéraux provinciaux et fédéraux?  C’est après tout cette inertie de TVA que Patrick Lagacé reproche à son ancien employeur.

Si vous voulez en savoir plus, allez lire la version de l’employeur de Patrick Lagacé.

Stéphane Dion bientôt évincé de son parti?

Au moment où Stéphane Dion fait face à une contestation de son leadership tant dans les journaux, dans les tribunes téléphoniques et les tables d’analyse à la télé, Michael Ignatieff, son ancien rival et chef adjoint du Parti libéral du Canada, multiplie les rencontres privées et les activités de financement à Montréal.

Ça sent la fin pour Stéphane Dion.   Ça sent même le putch annoncé depuis sa victoire acquise lors de la course à la chefferie au Palais des Congrès de Montréal.  
 
Mardi soir, un cocktail privé organisé dans le luxueux appartement de Mark Bruneau, collecteur de fonds, donnant sur le Vieux-Port, a permis à Ignatieff de recueillir entre 25 000 $ et 30 000 $. Un homme d’affaires libéral a indiqué à La Presse que le député Denis Coderre, qui était présent, lui avait demandé 1 000 $ pour l’occasion.

Notre « fafan » nationale se dirige tout droit vers la retraite.  À moins que le vert qu’il a su inculqué aux rouges le transforme en néo-démocratque.

À suivre…

Libéraux mûr à mûr

C’est mûr à mûr depuis vendredi soir, le congrès à l’investiture du Parti Libéral du Canada.

Stéphane Dion comme chef? Pourquoi pas, après tout il ne peut pas avoir l’air plus fou que Chrétien et il lui sera difficile d’être moins convaincant que Paul Martin. Reste à savoir si Dion pourra battre Harper dans une élection.

Chose certaine, ce sont les caricaturistes qui seront contents d’une victoire de Dion.