L’avocat du diable retiré de TQS, mais pourquoi?

Tout le monde se demande pourquoi l’émission la plus regardée de TQS a été retirée des ondes?

Je me demande vraiment où s’en vont les frères Rémillard avec TQS sinon que de faire une faillite retentissente avec le réseau dans quelques mois.

Posez-vous cette question maintenant.

Est-ce que TQS est mieux ouvert avec son contenu actuelle ou fermé?

Si demain matin TQS devait fermer, bien honnêtement c’est pas moi qui va brailler.

Idem pour Radio-Canada qui nous coûte une fortune.

Elle coûte chère la convergence Quebecor.  Pour la contrer on a un réseau sur le Q, TQS et deux réseaux subventionnés à même nos impôts soit Radio-Canada et Télé-Québec.

Batinse on est mal barrés en frais de télé francophone au Québec.

Pendant ce temps les artises réclament plus d’argent pour la culture.

Quelle belle société nous avons.  On a vraiment le tour de mettre les priorités aux bons endroits.

Je voterai pour le chef qui promettra de couper dans la SRC

Vous le savez je ne suis pas très en faveur de ces fonctionnaires de luxe que l’on créé à même nos impôts.

Ceux qui gagnent entre le quart et le demi-million pour lire les nouvelles ou animer un show à la SRC me puent au nez.

J’en ai rien contre les individus, ils ne font que profiter du système.

C’est justement contre le système que j’en ai.

18 millions de contribuables, soit la population active du Canada, n’ont pas les moyens de se payer une télé d’État à raison de 61$ par travailleur par année.

C’est de l’impôt déguisé que notre gouvernement fédéral nous impose.

Imaginez que demain matin, le gouvernement élu décide de mettre la hache dans la SRC/CBC et diminue les impôts d’un montant équivalant à sa contribution annuelle à la SRC/CBC.  Vous venez d’obtenir 61$ de plus dans vos poches.

61$ c’est deux bonnes bouteilles de vin.

61$ c’est une douzaine de roses que vous pourrez acheter à votre conjointe ou votre mère.

61$ c’est un montant que vous pourrez rajouter à votre épicerie pour acheter ce dont vous vous privez habituellement.

61$ c’est un don que vous pourrez faire à la société de votre choix.

61$ c’est 30 chances de gagner à la loterie, 122 chances si vous jouer à la Mini Loto.

61$ c’est 61$ que vous pourrez dépenser à votre guise et non à la guise du gouvernement du Canada.

Pensez-y et posez-vous la question.  En 2008, avons nous encore besoin de Radio-Canada / CBC?

Si j’étais Stéphane Dion

Avant de me chercher un autre emploi parce que les prochaines élections fédérales s’annoncent une insulte pour lui et qu’il se fera montrer la porte de sortie comme chef du Parti Libéral du Canada, voici ce que je ferais si j’étais Stéphane DIon.

– je suivrais un cours d’intelligence émotionnelle afin de mieux comprendre mes compatriotes canadiens quand je m’adresse à eux;

– je parlerais ce dont les gens veulent vraiment entendre et non ramener le discours qui lassent les Canadiens comme ceux sur Kyoto ou l’Afghanistan;

– Je m’informerais à savoir si le Parti Vert se cherche pas un nouveau chef;

– Je m’informerais aussi pour savoir quand est-ce que le Nouveau Parti Démocratique du Canada va laisser tomber le mot Nouveau de son nom.

Si la tendance se maintient comme dis le fatiguant à Radio-Canada… On aura un gouvernement Conservateur majoritaire aux prochaines élections avec évidemment Stephen Harper comme premier ministre. Cela se produira surtout si notre Stéphane national continue à faire de la politique à sa façon et non à la façon que les électeurs veulent.

je ne serais pas surpris qu’au Québec le NPD recueille plus d’intentions que le PLQ.

Les Parent la dernière trouvaille de notre chère télé d’État

Je considère que Radio-Canada mise gros avec la nouvelle série Les Parent.

Cette série mais en vedette la névrosée Anne Dorval et l’effacé Daniel Brière, rien à voir avec le joueur de hockey.

Vraiment pas le succès garanti.

la série Les Parent est produite au coût de 200 000 $ la demi-heure.   Évidemment la télé d’État à les moyens à force de puiser à même la poche des contribuables.  Ça n’a aucun bon sens en 2008 que l’État possède une télé alors que nos routes et notre système de santé sont à la dérive.

Pour ceux que ça intéresse, la série sera diffusée le lundi, tout de suite après Virginie.

Au Québec les artistes chiâlent beaucoup contre le gouvernement de Stephen Harper qui a coupé dans les subventions à la culture.  Parcontre personne ne chiâle contre l’existence de Radio-Canada, financée largement avec les fonds publics.

Un moment donné une société doit faire des choix.  Avoir une télé d’État ou bien des ponts désuets?  Avoir une télé d’État ou bien une salle d’urgence innefficace?  Avoir une télé d’État ou un pays croulant sous les dettes?  Avoir une télé d’État ou bien manquer d’argent pour financer des festivals?

C’est le peuple qui choisi et non les gouvernements parce que c’est le peuple qui élit les gouvernements.

Alors lors des prochaines élections fédérales ou provinciales posez-vous la question suivante:
Une télé d’État ou on met l’argent là où collectivement ça sera davantage utile?

Jeux de Pékin 2008: Michael Phelps raflera-t-il plus de médaille que le Canada?

Si ça continue comme ça Michael Phelps raflera à lui seul plus de médaille que le Canada en cumulera.  Phelps a déjà 5 médailles d’or.

Non mais sommes-nous assez poches à ces jeux à date le Canada?

Un si grand pays, 31 millions de personnes et pas encore de médaille après la journée du 13 août.

Le Canada est jusqu’ici à ces jeux le pays le plus populeux n’ayant pas de médaille et des pays moins populeux que nous en ont plus que le Canada.

Avec 0 médaille inscrite au tableau des médailles, le Canada est présentement à égalité au 51e rang.

Avant les jeux, les organisateurs Canadiens visaient la 16e place.

La 16e place est actuellement occupé par la Suisse avec 4 médailles.

Les jeux sont loins d’être terminés je le sais mais avouons que ça part très mal pour le Canada après six jours d’activités.

Toujours parlant de ces jeux, je ne m’ennuyais aucunement de Claude Quenneville comme descripteur.  Il n’a pas changé, il essaie encore de prononcer justement le nom des athlètes et c’est… ultra gossant.  Ces commentaires sont encores moins pertinents, comme toujours.  Heureusement qu’il n’est pas à CBC… ouf!

Chantier, Jean-Guy, tricoter et solo de flûte. Du sexe dans un conseil d’administration?

Voilà je viens de terminer les deux premières saisons de la série Conseil d’Administration diffusé à Radio-Canada ces dernières années et produit par Novem de Véronique Cloutier.

C’est scénarisé par Louis Morissette et bien franchement j’ai aimé.

En gros je vous résume.  Quatres bons amis, deux gars, deux filles, diplômés de l’école des affaires depuis une dizaine d’année se rencontre régulièrement ce qu’ils appellent leur conseil d’aministration.

Les sujets du conseil d’administration?  Le quotidien de leurs vies amoureuses.

Les amis sont Jean-Michel, le célibataire invétéré joué par Louis Morrissette.

Yannick, le co-loc du célibataire invétéré, le grand et gros de service joué par Antoine Bertrand.

Maude la célibataire invétérée qui veut un chum à tout prix mais dont ça ne fonctionne jamais joué par Sophie Bourgeois.

Finalement Sarah, joué par la toujours très belle, Isabelle Blais.  Sarah c’est la fille en couple, un peu quétaine et matante qui habite la banlieue.

Évidemment les sujets de discussions tournent souvent autour des vies amoureuses des amis et souvent de sexe avec leur langage bien particulier.

Tricoter signifie baiser. 

Solo de flûte signifie une fellation. 

Chantier signifie le sexe féminin. 

Jean-Guy signifie le sexe masculin

etc…

Les personnages principaux y sont très attachants.

C’est bon cette série, si rares sont les bonnes séries québécoies.

Bravo!

« Merci Vincent », doit dire Julie Couillard

Alors que le scandale Norbourg a refait surface avec de nouvelles arrestations dans le dossier, dont VIncent Lacroix arrêté de sa cellule hier, voilà que l’affaire Julie Couillard se dissipe tranquillement dans ces chers La Presse et Radio-Canada.

Mais attention, s’il y’a rien de nouveau côté actualité au Québec, les deux portes étandards du Parti Libéral du Canada reviendront à la charge rapidement.

Deux sources de nouvelles toujours crédibles surtout quand ils parlent de Québécor et des acteurs de cette empire.  On a qu’à lire ce matin dans La Presse un petit article sur une autre Julie, Snyder celle-là et de Star Académie.

Ha vraiment, ces médias qui essaient de nous manipuler plutôt que de nous informer.  C’est si petit le Québec.

Radio-Canada et les jeux de Pékin: gaspillage criant de fonds publics

J’apprends ce matin que sur les 207 personnes de Radio-Canada affectées à la production des Jeux, seulement la moitié, 107, se rendront à Pékin, en Chine.

Jusque là, rien de nouveau, c’est comme ça depuis au moins trois présentations des Jeux à cette antenne.

Sauf que…. qu’on apprend que Michel Villeneuve animera quotidiennement La zone olympique, en direct de Pékin, à 19h30.

Que Céline Galipeau et Jean-François Lépine présenteront tour à tour À l’heure de la Chine à 19h, de là-bas.

Le comble…  Même Jean-René Dufort y sera pour réaliser un reportage par jour.

Quel beau gaspillage de fonds publics.

Allons-y envoyons 107 personnes, c’est le contribuable qui paie.

Fort heureusement, ces Jeux Olynpiques seront les derniers de Radio-Canada avant longtemps.

Rappelons que CTVglobemedia a obtenu les droits de diffusion des Jeux de 2010 et de 2012 pour TQS et RDS.

J’imagine qu’à TQS, le réseau broche à foin, on aura droit à une webcam dans les piscines olympiques pour suivre la natation et les plongeons.

Qu’est-ce que en 2008, vous préférez, comme citoyen du Québec?  Des salles d’urgence et des écoles efficaces ou des jeux diffusés à la télé d’État?  Il est là le vrai choix.

Une société doit faire des choix douloureux celui-ci en est un.    On ne peut pas tout avoir endettés publiquement comme nous sommes au Canada, au Québec.

Il est alors grand temps qu’on privatise Radio-Canada et Télé-Québec.  C’est ainsi plus d’un milliard de dollar qui pourrait être injecté dans le réseau d’éducation et de la santé.

Quand on y pense, dans ce beau grand système politique canadien et québécois, les têtes à claques sont vraiment les contribuables.  Il est temps que ça change.

En matière de télévision, vive le privé!