Rudolph Guliani sera le prochain président des USA.

En en entend parler partout depuis la semaine passée en Iowa, c’est année d’élections aux USA.

Voulez-vous savoir pourquoi Rudolph Guliani sera le prochain président des USA?

J’ai une théorie bien simple à cela et quand j’y repense elle se tient.

Jamais au grand jamais les Américains vont élire une femme qu’elle soit démocrate, républicaine ou indépendante.

Jamais au grand jamais les Américains vont élire une personne de race noire que celle-ci soit démocrate, républicaine ou indépendante.

Jamais au grand jamais les Américains vont réélire quelqu’un autant de droite et pro-militaire que W. Bush, comme le sénateur McCain.

Malgré tout le tort que peut faire aux USA l’administration républicaine actuelle, les Américains choisiront d’élire comme président un candidat républicain qui n’est pas une femme et qui n’est pas une personne de race noire.

Moi je le sais, les républicains le savent mais les tatas qui tirent les ficelles de la campagne démocrate semblent l’ignorer.

Certes, les bonzes démocrates veulent montrer la transparence et l’ouverture de leur parti mais c’est ce qui les coulera, comme en 2004.  Il devrait apprendre du PQ au Québec qui ont coulé aux dernières élections parce que le candidat sélectionné, ne faisait pas l’unanimité dans le parti et encore moins chez les électeurs.  Même chose au Parti Libéral du Canada.  Parcontre à la différence des américains et comme les germaniques, les Québécois et Canadiens sont près à choisir une femme pour diriger.

En 2004, les démocrates ont présenté un homme affable, qui semblait ne pas avoir de colonne en la personne de John Kerry.  Quel erreur!  C’est John Edwards qu’il fallait opposer à W. Bush et c’est le même John Edwards qui devrait être choisi comme candidat démocrate.  Mais il semble plutôt que la lutte à ne plus finir du côté des démocrates se jouent entre Obama (la personne de race noire) et Clinton (la femme).

Malgré toute l’admiration que j’ai pour Bill Clinton, je vois mal sa femme devenir présidente des États-Unis.

Quelle gaffe les démocrates sont en train de faire là.

Le 5 février prochain, lors du Super Tuesday ou du Giga Tuesday ou du Super Duper Tuesday vu que c’est la première fois de l’histoire qu’autant d’États américains seront en primaires, les Américains joueront gros et joueront peut-être même leur histoire.

Si une majorité de délégués appuyant Clinton ou Obama sont choisis du côté du parti démocrate, ça sera une victoire présidentielle quasi assurée pour les républicains de Rudolph Guliani en novembre prochain (à mon avis c’est  Guliani qui sera  choisi candidat républicain).

Sachez une chose, que même chez les partisans démocrates il y a des mysogines et des racistes.  Alors ceux-ci appuieront Rudolph Guliani, le républicain, afin de s’assurer qu’une femme ou un noire ne soit pas à la tête du pays.

Alors avec Guliani, un républicain, à la tête des États-Unis et Bush parti,  ça ne veut pas dire que les politiques internationales vont s’améliorer automatiquement.

Le problème iranien, parce que pour plusieurs républicains s’en est un, ne sera pas réglé.

Le problème irakien ne sera pas réglé.

Le problème afghan ne sera pas réglé.

Tous les autres problèmes étrangers et locaux ne seront pas réglés non plus.

Alors qu’avec les démocrates, historiquement moins militarisés, on peut penser que la politique internationale ne pourrait que s’améliorer et du même coup l’économie américaine.

Mais non les amerlopes choisiront un président républicain et il n’y aura que les démocrates à blâmer.

Idiot le sondage qui sera publié demain qui fait mention qu’une majorité de Canadien appueraient un candidat démocrate.

On s’en fou, les Canadiens ne votent pas aux présidentielles américaines.