La grippe porcine… une autre affaire!

Bon bon bon une autre affaire pour faire peur au monde.

Évidemment les médias se sont emparés de la chose, cotes d’écoutes obligent.

La grippe porcine une autre affaire.

Il y a deux ans c’était la grippe aviaire voilà la grippe porcine.

Et pourtant depuis 10 ans, chaque jour dans le monde il y a plus de nouveau cas de SIDA que de grippes aviaires ou porcines.

On en parle pas dans les médias.

C’est rendu un fait divers.

Chaque jour dans le monde il y a plus de cas de suicides que de cas de grippes aviaires ou porcines.

On en parle pas dans les médias.  C’est aussi devenu un fait divers.

Je ne minise pas la grippe porcine, c’est effectivemment troublant.  Mais il y a aussi d’autres choses qui sont tout aussi troublantes dans nos vies quotidiennes et qui font plus de ravage.

Il faudrait conscientiser un peu là-dessus.

Ce n’est pas une maladie mais une mauvaise habitude mais savez-vous que c’est un fléau des plus importants en amérique du Nord.  La malnutrition.  Je ne parle pas ici que des gens peu fortunés mais du fléau qui afflige toutes les couches de la société.

La malnutrition est omniprésente.  Elle se développe en toute sorte de cancers ou d’allergies.

Les habitudes nutritives de plusieurs nord-américains laisse présager un fléau pas mal plus dommageable à long terme que le SIDA ou la grippe que vous voulez.

Mais bon la malnutrition ça ne boost pas les cotes d’écoutes des bulletins de nouvelles à TVA et à RDI… ça ne fait pas sensation aux alentours de la machine à café le lundi.

Il n y a pas personne qui dis le lundi matin à ses collègues de bureaux « ha moi je me suis mal nourri ce week-end… ».  Bien sûr que non.  On préfère parler des défaites du Canadien, de notre performance au golf, de la grippe porcine, de notre petit week-end dans un B&B  et du dernier modèle de robe ou de char… triste affaire!

Je déplore que trop souvent le gros bon sens et le journalisme ne vont pas de pair.  Maudit sensationalisme.

Ces journalistes devraient produire des textes pour davantage sensibiliser la population à la malnutrition que de leur faire peur avec la grippe porcine.

Pu capable!

À la télé…

Je ne suis pu capable d’entendre parler de Nima Mazhari et de sa conjointe ultra-tarte (une vraie blonde assurément) Myriam Bédard. La belle olympienne devrait se rappeler que Alys Robi a eu une lobotomie pour moins que ça.

Ensuite je ne suis plus capable d’entendre parler du miracle chinois. Le pays où selon la télé, tout s’y manufacture et tout va si bien, tout est beau, tout est propre et tout et tout. Pu capable! La Chine moderne c’est une catastrophe dont la terre, déjà très malade, pouvait bien se passer. C’est quasiment comme si on annonçait à une personne déjà atteinte d’un cancer très avancé, qu’elle vient de contracter le SIDA. Pauvres Chinois, ils prouvent à toute la terre entière que finalement ils ne sont pas si sages que cela et que l’héritage de Conficius s’est tout envolé.

Également les bienfaits du dollar canadien élevé et presqu’au pair avec le dollar américain. Je ne suis plus capable d’entendre parler les zéconomistes, les mêmes twit pour la plupart qui voyaient l’action de Nortel à 300$. Un dollar trop élevé, c’est une autre catastrophe pour les Québécois. C’est bien beau aller magasiner aux States mais ça n’aide en rien les travailleurs d’ici. Un dollar élevé ça fait fuire les touristes et les acheteurs de produits canadiens et à long-terme ça produit des chômeurs et ça tue une économie.

Aussi là c’est le comble, l’annonce de l’arracheur de poil, pour les femmes, qui passe sans cesse à LCN. PU CAPABLE!!! Cette annonce est dégueulasse, on nous montrerait live un cochon qui se fait égorger ça ne pourrait pas être pire. Quand je mange en écoutant LCN j’ai quasiment le goût de vomir instantanément lorsqu’il passe cette annonce.

Finalement, les infopublicités de Thane.ca avec leur produits miracles. Les filles en pilates dans la quarantaine qui ont une taille d’une adolescente de 15 ans (le Pilates Power Gym) ou encore la balayeuse miracle…. PU CAPABLE!

Voilà fallait que ça sorte, je me sens déjà mieux.