Quand t’es pogné pour écouter Ciné-Cadeau c’est qu’il y a vraiment rien de bon à la télé

C’est pas croyable.

Samedi passé j’ai zappé la télé comme ça se peut pas… rien de bon sauf Ciné-Cadeau à Télé-Québec où un film d’Astérix jouait.

Je paie 70$ de câble par mois et rien de bon…

Est-ce moi ou je suis seul dans cette situation ?

Maintenant j’ai décidé de commencer à me magasiner des DVD sur des sites d’annonces classées.

Le gros jambon, c’est Richard Martineau

Avant-hier dans son blogue, Richard Martineau parlait de dégraisser l’État québécois.

Peut-être que le premier geste de monsieur Charest serait de se départir de Télé-Québec qui présente des émissions avec des insignifiants comme Richard Martineau dont les émissions, également son salaire, est payé à même les fonds publics.

Dans le fond le gros jambon,la guédoune même, c’est Richard Martineau qui travaille pour Télé-Québec d’un bord et l’empire Québécor de l’autre.

Bien le gros jambon vient de se mettre à dos 512 000 travailleurs de l’État, soit un salarié sur cinq au Québec et j’invite ces salariés à boycotter tout ce dont à quoi Martineau touche.

Jean Charest, une Légion d’honneur à 2,15 millions?

À moins que ce ne soit déjà fait, le premier ministre du Québec, Jean Charest recevra aujourd’hui du président Nicolas Sarkozy la Légion d’honneur et sera élevé au rang de Commandeur.

Pendant ce temps à Paris, on apprend ce matin de la bouche de Christine St-Pierre, ministre de la Culture et des Communications du Québec, que la province versera 2,15 millions supplémentaires par année pour financer TV5.

On peut donc facilement en conclure que la récompense de Jean Charest nous coûte au bas mot, 2,15 millions.

Pour la moitié de ce montant, j’aurais été prêt à acheter à Michou et Jean un Hummer ainsi que leur payer 2 semaines de vacances à Bora Bora ainsi qu’un an de poutine gratuite Chez Ashton pour que notre premier ministre garde ses formes rondelettes.

En terminant, je crois bien que les gens de Télé-Québec aurait apprécié eux aussi un 2,15 millions supplémentaires dans leur budget.

L’avocat du diable retiré de TQS, mais pourquoi?

Tout le monde se demande pourquoi l’émission la plus regardée de TQS a été retirée des ondes?

Je me demande vraiment où s’en vont les frères Rémillard avec TQS sinon que de faire une faillite retentissente avec le réseau dans quelques mois.

Posez-vous cette question maintenant.

Est-ce que TQS est mieux ouvert avec son contenu actuelle ou fermé?

Si demain matin TQS devait fermer, bien honnêtement c’est pas moi qui va brailler.

Idem pour Radio-Canada qui nous coûte une fortune.

Elle coûte chère la convergence Quebecor.  Pour la contrer on a un réseau sur le Q, TQS et deux réseaux subventionnés à même nos impôts soit Radio-Canada et Télé-Québec.

Batinse on est mal barrés en frais de télé francophone au Québec.

Pendant ce temps les artises réclament plus d’argent pour la culture.

Quelle belle société nous avons.  On a vraiment le tour de mettre les priorités aux bons endroits.

Radio-Canada et les jeux de Pékin: gaspillage criant de fonds publics

J’apprends ce matin que sur les 207 personnes de Radio-Canada affectées à la production des Jeux, seulement la moitié, 107, se rendront à Pékin, en Chine.

Jusque là, rien de nouveau, c’est comme ça depuis au moins trois présentations des Jeux à cette antenne.

Sauf que…. qu’on apprend que Michel Villeneuve animera quotidiennement La zone olympique, en direct de Pékin, à 19h30.

Que Céline Galipeau et Jean-François Lépine présenteront tour à tour À l’heure de la Chine à 19h, de là-bas.

Le comble…  Même Jean-René Dufort y sera pour réaliser un reportage par jour.

Quel beau gaspillage de fonds publics.

Allons-y envoyons 107 personnes, c’est le contribuable qui paie.

Fort heureusement, ces Jeux Olynpiques seront les derniers de Radio-Canada avant longtemps.

Rappelons que CTVglobemedia a obtenu les droits de diffusion des Jeux de 2010 et de 2012 pour TQS et RDS.

J’imagine qu’à TQS, le réseau broche à foin, on aura droit à une webcam dans les piscines olympiques pour suivre la natation et les plongeons.

Qu’est-ce que en 2008, vous préférez, comme citoyen du Québec?  Des salles d’urgence et des écoles efficaces ou des jeux diffusés à la télé d’État?  Il est là le vrai choix.

Une société doit faire des choix douloureux celui-ci en est un.    On ne peut pas tout avoir endettés publiquement comme nous sommes au Canada, au Québec.

Il est alors grand temps qu’on privatise Radio-Canada et Télé-Québec.  C’est ainsi plus d’un milliard de dollar qui pourrait être injecté dans le réseau d’éducation et de la santé.

Quand on y pense, dans ce beau grand système politique canadien et québécois, les têtes à claques sont vraiment les contribuables.  Il est temps que ça change.

En matière de télévision, vive le privé!

Les déboires de TQS, pleurnichages et réalités.

Hier a l’assemblée des actionnaires de Cogéco, Louis Audet, PDG de la compagnie qui était actionnaire principale dans TQS a pleurniché sur le fait que c’est la faute à Radio-Canada si TQS connaît de tels déboires.

C’est une demie-vérité. Il faut aussi avouer que les gestionnaires de TQS n’étaient pas très forts.

La présence d’Internet fait également mal aux télés québécoises. Pour s’informer rapidement de plus en plus de gens se tournent vers Internet. Même chose pour connaître la météo.

D’un autre côté, il est vrai que la télé d’État est subventionnée à outrance en plus des séries qui y sont présentées qui elles aussi sont subventionnées à outrance. Radio-Canada bénéficie de fonds publics et s’accapare d’une grosse partie de la tarte des publicités au Québec.

Le mandat de la télé d’État n’est pas de compétitionner les télés privées mais de servir la population, de l’informer.

Le mandat de la télé d’État n’est pas de présenter des séries comme Les Boys, Virginie ou des émissions comme Infoman ou tout le monde en parle ou des émissions sportives tel que la retransmission d’un gala de boxe en direct. L’épicerie, la Facture et le Téléjournal, là parcontre c’est plus dans le mandat de la télé d’état.

Il serait grand temps de revoir le mandat de la télé d’État pour qu’elle cesse une fois pour toute sa déloyale compétition.

Pour TQS… c’est un canard boîteux depuis toujours. C’est la télé qui sort à peine sa tête de l’eau et qui est pris entre l’éternel duel Radio-Canada – TVA et qui est trop puissante pour combattre Télé-Québec qui elle aussi on se demande le pourquoi de son existence.

TQS ne pouvait pas durer, en fait ne peut pas durer, elle est en mode survie depuis toujours.

Depuis la disparition des Nordiques et la perte de la télédiffusion de certains matchs des Canadiens TQS ne présente plus de sport sauf son émission phare de fin de soirée où tout le monde parle en même temps, 110%. Parcontre TVA ne présente plus de sports non plus et elle survie.

Tu ne peux pas présenter un modèle d’affaires viable avec des émissions comme Loft Story, 110%, le grand journal, 450 Chemin du golf, Caféine, 90 minutes de bonheur, Bob Gratton ma vie/my life et Flash. Une télé, pour qu’elle survive, se doit d’être bonne 6 fois sur 10.

Y’a quelqu’un hier de mon entourage qui me disait qu’il n’a pas écouter TQS depuis qu’ils ne présentent plus Les Pierrafeu.  Aie!

Il y a saturation de la télé au Québec. Si on veut s’informer en français à 18h on a RDI, LCN, Radio-Canada, TVA et TQS. Cinq chaînes pour plus de 6 millions de francophones au Québec.

Regardons d’un peu plus près quelques émissions de la grille horaire de TQS.

110%… certes c’est l’émission de discussion sur le sports la plus écouté au Québec.

450 chemin du golf
, une bonne série mais qui malheureusement joue en même temps que Virginie à Radio-Canada, très mauvaise position à la grille horaire.

L’avocat du diable
. Un has been et un homme que je respecte beaucoup animent cette émission d’informations. Richard Desmarais est un homme très plaisant à écouter. Guy Fournier, le touche à tout, n’a pas d’affaires là.

Bob Gratton, ma vie/my life
: c’est une série humoristique assez intéressante dont TQS a placé cela dans sa grille horaire le mercredi 21h. Ça vise un public qui aime ce genre d’humour, évidemment ils ne sont pas 2 millions à regarder la série.

Caféine. C’est un show du matin où humour et actualités sont les principaux thèmes. C’est un Salut Bonjour cheap dans un décor cheap. À cette heure le matin ceux qui veulent être informés vont à Radio-Canada, LCN ou RDI ceux qui veulent plus de variétés vont à TVA.

Flash: c’était la meilleure émission d’informations culturelles et artistiques au Québec avant que TQS décide de mettre Pierre Brassard comme « chef d’antenne » de l’émission. Quelle gaffe monumentale. On est passé de Patricia Paquin et Alain Dumas à Pierre Brassard le gars qui n’est pas capable d’enligner deux phrases sans dire une platitude. Le gars qui se pense encore avec un veston bleu poudre mais qui anime un émission d’informations culturelles et artistiques. Moi j’ai abandonné Flash à cause de la présence de Brassard. Ça ne fait vraiment pas sérieux.

Loft Story: un émission appréciée par plusieurs personnes mais qui malheureusement est animée par une amateure, on devrait davantage laisser Virginie Coossa comme animatrice principale. Cette saison, Marie Plourde et Louise Deschâtelets n’avaient tout simplement pas d’affaires là. De plus quand le maître a changé les règles du jeu où un seul gagnant serait couronné, je connais beaucoup de monde qui ont débarqué.

RPM: une bonne émission d’information sur l’automobile.

Sans contredit pour moi le futur de TQS passe par une ouverture de la chaîne à midi, même à 17h00 avec un bulletin de nouvelles, et une fermeture le soir avec Bleu nuit qui pourrait devenir une quotidienne malgré que maintenant avec Super Écran, qui choisira d’écouter Bleu nuit où on voit une paire de seins à la demie-heure tandis qu’à Super Écran à chaque soir il y a un film XXX où l’on voit tout.

TQS doit s’orienter davantage sur l’information, le sports et humour. C’est ce qui est vendeur au Québec.

Mais si vous voulez mon humble avis et avis très réaliste, on pourrait également très bien fermer la chaîne 24 heureus sur 24. Dans le fond 110%, Jean-Luc Mongrain et Chantal Lacroix, les séries Bob Gratton ma vie/my life et 450 Chemin du golf, Loft Story, les Simpson, les émissions RPM, Flash et même Bleu nuit pourraient tous être récupérées par TVA et personne n’en verrait la différence.

Finalement 6 millions de francophones pour autant de chaînes de télé. Ça n’a pas de sens et il est évident qu’après TQS d’autres suivront et afficheront publiquement leurs difficultés financières.

Pensez-y au Québec en français vous avez les chaînes Teletoon, Vrak TV, Radio-Canada, RDI, TVA, LCN, TQS, Séries +, Canal D, Musique Plus, Musimax, Super Écran, RDS, RIS, Historia, Canal Évasion, ART TV, Meteomedia, Canal Vie, Z Télé, Canal Argent, Canal Mystère, Prise 2, Ciné Pop.

C’est beaucoup trop de chaînes pour 6 millions d’âmes francophones.
Imaginez un instant un dimanche soir où 1,5 million de personnes écoutent TVA, un autre 1,5 million écoutent Radio-Canada avec celui qui parle trop de ce que tout le monde a déjà parlé. Il reste donc 3 millions de téléspectateurs potentiels pour les 22 autres chaînes francophones. Si à part égale les 3 millions de téléspectateurs potentiels écoutent les 22 autres chaînes, cela donne des cotes d’écoutes d’environ 136 000 personnes par chaînes.

La réalité est tout autre. Ils ne sont pas 6 millions de francophones à écouter la télé en français le dimanche soir à 20h. De ce nombre plusieurs travaillent, d’autres écoutent un film sur DVD, d’autres lisent un bon livre, d’autres sont au cinéma, d’autres sont au restaurant, d’autres sont sur leurs ordinateurs ou devant un jeu vidéo ou encore simplement d’autres francophones écoutent la télé en anglais ou ne l’écoutent pas dutout et vaquent à multiples occupations autres que d’écouter la télé.

Avec ce que je viens de vous énumérez, disons qu’ils sont en réalité 3,5 millions de francophone a écouter la télé en français le dimanche soir à 20h.  Cela donne une moyenne de 22 700 téléspectateurs aux 22 chaînes qui restent à part TVA et Radio-Canada.  Aie aie aie!

Vous voyez c’est cela la réalité du monde de la télé au Québec. Il est évident que TQS et d’autres chaînes ne peuvent pas survivre dans une telle réalité.

Dans le temps, je remonte à 30 ans, le Québec n’avait que Télé-Québec, Télé-Métropole et Radio-Canada et tout le monde étaient heureux.

Les jeudis soir télé

Wow.  Je suis épaté du choix télé offert par notre trio vedette des chaînes francophones standards pour la case horaire 19h30 – 20h00.

Radio-Canada:  Infoman qui en rajoute sur la commission Johnson et qui se moque du maire de Ville de Saguenay.

TQS:  Loft Story 4

TVA: Star Système

Incroyable!

Est-ce qu’on identifie un peuple par sa télé ou le peuple s’identifie à la télé ?  Telle est la question que je me pose.

Méchante claque sur la gueule.

Ha mais je vous vois venir.   Y’a d’autres chaînes standards.

Bien sûr à Télé-Québec il y’avait pour la même case horaire de 19h30 – 20h00 « Ça manque à ma culture ».  L’émission recevait France D’Amour et un… tatoueur du nom de Pierre Chapelan.

Scusez mais ça fait dur.  Manquait plus que Paris Hilton et je faisais une syncope.

Alors maintenant je me pose une autre question.  Les proprios des canaux conventionnels (TQS -TVA – Radio-Canada exception de Télé-Québec qui n’a pas d’autres chaînes mais complice du fait qu’elle offre parfois un contenu médiocre) nous passe-t-il de la merde pour qu’on se dirige vers les canaux spécialisés qui sont sous leur gouvernance?  Bien sûr on pouvait se diriger vers ART TV ou RDI si on ne voulait pas voir l’imbécile heureux à Jean-René Dufort (heureux de faire son métier en étant grassement payé avec les impôts du peuple).

On pouvait également se diriger vers des stations locales de Cogéco Câble ou des stations de leur co-partenaire dans TQS, CTV Globemedia.  Ainsi on pouvait se diriger vers RDS.

Évidemment si on n’aimait pas voir Star Système on pouvait se diriger vers l’une des autres chaînes de Quebecor Media (LCN, Canal Argent pour ne nommer que celles-là).

Vraiment il serait grand temps de faire un ménage sur ses canaux et de nous ramener de bonnes émissions et sur moins de chaînes.

Après ces mêmes télédiffuseurs se demandent pourquoi de plus en plus de gens au Québec s’installent des coupoles américaines et écoutent des émissions sur des canaux américains.

Bon sens.  Je les comprends.

Oui mais c’est en anglais que vous allez me dire.

Écoutez-moi bien.  Si on me donne le choix d’écouter des imbécilités en français ou un peu de culture en anglais sur des réseaux américains, le choix me sera très facile à faire.

Ce n’est pas toujours parce que l’émission présentée est produite et diffusée au Québec que c’est automatiquement meilleur.

La preuve en est que même durant l’émission Virginie un personnage dis à  l’autre « Common sit down »…  Vers 19h15 en français sur la télé d’État, payée avec vos impôts.

Un ménage s’impose et ça presse.  Parce  que pendant ce temps on paie de plus en plus cher pour la télé et pour de moins en moins de qualité concentrée.  On a plus de choix mais également plus de médiocrité. Il est temps que ça cesse.

Pierre Mailloux aux Francs-Tireurs

Évidemment je ne peux passer sous silence la décision de Télé-Québec, télé d’État de la province de Québec, de ne pas diffuser l’entrevue qu’à accorder le docteur Pierre Mailloux à Richard Martineau de l’émission des Francs-Tireurs.

Le psychiatre ou l’ex-psychiatre y affirme que les femmes sont à plusieurs égards inférieures aux hommes, prône la stérilisation des pauvres et des déficients intellectuels, et se prononce sur la mauvaise conduite des Noirs.

La question n’est pas là pour moi. Pourquoi et pour qui Télé-Québec prend cette décision?

Est-ce une décision politique? En pleine campagne électorale, a-t-on voulu minimiser l’impact de la diffusion de cette entrevue sur une communauté et un groupe de gens?

A-t-on tout simplement voulu éviter les poursuites?

Pour moi la non diffusion de cette entrevue est aussi grave que l’absence des partis Québec Solidaire et du Parti Vert aux débats des chefs.

Chose certaine, elle est où notre liberté de presse, notre liberté d’expression au Québec?