Le maire de Montréal, Gérald Tremblay en visite à Haïti. Mais pourquoi donc?

Quelqu’un peut me dire pourquoi le maire de Montréal est allé en visite à Haïti ?

Les contribuables de Montréal ont-ils eu à payer pour son déplacement ?

S’il s’est rendu à Haïti, va-t-il se rendre au Chili, en Turquie, région aussi frappé récemment par des tremblements de terre ?

Expliquez-moi sa présence là-bas quelqu’un.

Car pour moi le maire à de la misère à gérer sa ville, que fait-il donc là-bas ?

Pas de changement de maire à Montréal… les Montréalais ignorent la corruption et les cols bleus qui se la coule douce

C’est vraiment incroyable comment parfois les choses vont dans un drôle de sens.

Je le constate ce soir aux regardant les résultats des élections de la mairie de Montréal à la télé.

Ainsi le maire sortant de Montréal Gérald Tremblay est réélu maire de Montréal.

Les citoyens de Montréal ont ignoré la corruption qui se passe à la mairie.

Que c’est beau la politique !

Avec Tremblay, Montréal sera dans un bourbier pour encore quatre ans.  Surtout que le maire Tremblay s’apprêterait en secret à augmenter le compte de taxes des Montréalais de l’ordre de 16% à 20% pour les quatres prochaines années.
De quoi agrandir les banlieues.

Définitivement avec Tremblay le coût de la vie à Montréal ne stagnera pas mais montera en flèche.

Ça serait intéressant aussi que le maire fasse travailler un peu plus fort ses cols bleus.

Regardez les photos ci-jointes prisent cet été.

col-bleu-mtl-001col-bleu-mtl-002

Allégations de corruption – Benoît Labonté rompt le silence à Radio-Canada

Que pensez-vous de l’entrevue concernant les allégations de corruption à l’hôtel de ville de Montréal que Benoît Labonté a accordé hier à Radio-Canada ?

C’est tout le monde politique dui Québec qui est ébranlé ce matin.

Est-ce que le maire en place Gérald Tremblay doit démissionner ?

Est-ce que la ville de Montréal doit être mise en tutelle ?

Est-ce que l’élection à la mairie de Montréal doit être annulée par le directeur général des élections ?

Est-ce qu’une commission d’enquête doit débuter ?

J’ai hâte de vous lire.

Régis Labeaume un pur tata!

J’en avais entendu parler par la bande. Le voir au bulletin de nouvelles de 18h me l’a confirmé.

Le maire de Québec, Régis Labeaume, est un tata. Un imbécile pure laine.

Ces propos envers Alain Simard président de Spectra, organisateur des Francofolies de Montréal n’ont aucunement leurs places.

Labeaume est probablement le politicien le plus en vue au Québec après Jean Charest premier ministre du Québec et Gérald Tremblay maire de Montréal.

Un homme public comme Labeaume ne peut pas tenir de tels propos.

La ville de Québec a un mal engeulé comme maire. Ça n’a vraiment rien de rassurant pour cette ville.

On m’avait déjà parlé que certaines personnes de Québec avaient le complexe d’infériorité envers Montréal. Je croyais que c’était une sorte de rumeur. Bien ce soir aux bulletins de nouvelles, Régis Labeaume, m’a confirmé que ce complexe d’infériorité envers Montréal existe vraiment.

Quel tata!

Que les Francofolies de Montréal se tiennent en juin, en mars, en février, qu’est-ce que ça peut bien changer pour le Festival d’été de Québec et son petit maire? Le Festival d’été de Québec, depuis quelques années n’a comme gros noms que des chanteurs et groupes anglophones. Paul McCartney, Sting, Kiss… Ça chante pas fort en français ce monde là. En quoi les Francopholies peuvent nuire au Festival d’été ?

Justement le maire Labeaume, homme sans vision il le prouve d’après ses propos de ce soir qui confirme son raisonnement de cabochon, les Francofolies pourraient être la porte d’entrée au Québec des artistes de la Francophonie hors-québec qui seraient attirés par se produire à Montréal et ensuite à Québec au Festival d’été. L’inverse est moins attirant souvent mais commencé par la grande ville c’est toujours plaisant. Les Francofolies en juin serait un coup de marketing géant. Mais Labeaume en tata, ne le voit pas ainsi.

Quel petit maire. Quelle petite personne. Quel personnage grossier.

Quand Québec a fêté son 400e anniversaire l’an passé, est-ce que le maire de Montréal s’est objecté à toute festivité à Québec?

Quand Montréal va fêter son 375e anniversaire en 2017, est-ce qu’il faudra qu’alors le maire ou la mairesse de Montréal accorde à son homologue de Québec un droit de regard sur la programmation des festivités?

Si Régis Labeaume est réélu maire de Québec en novembre prochain, je vais me poser de sérieuses questions sur la population de la grande ville de Québec. Personnellement je voudrais pas d’un tata de la sorte pour diriger ma ville.

Réveillez-vous gens de Québec et sortez-moi ça sur la tête en novembre prochain. Vu de Montréal ça ne donne vraiment pas une bonne image à votre ville.

Même des excuses publiques du maire Labeaume ne me feraient pas changer d’idée sur le tata qu’il est.

Le Grand Prix de Montréal sauvé avec nos impôts et une taxe?

C’est cet après-midi 15h00 que Gérald Tremblay et compagnie annonceront en conférence de presse l’état de la situation des négociations avec Bernie Ecclestone.

Il ne fait aucun doute que lorsqu’on fait une annonce en plein dimanche après-midi de campagne électorale provinciale, on veut être entendu haut et fort.

Le Grand Prix de Montréal serait sauvé avec des contributions des gouvernements de Québec et Ottawa de 2,5 millions chacun.

Une taxe sur l’hébergement serait instauré à Montréal.  On parle d’une taxe de 1% qui rajouterait 5 millions dans les coffres des organisateurs de l’événement, une OSBL.

Ce qui signifie grosso modo qu’on prévoit qu’à Montréal l’an prochain il se louera pour 500 millions de dollars en chambres d’hôtels.

Si on fait un petit calcul en établissant le coût moyen d’une chambre d’hôtel à Montréal à 150$ par jour, cela signifie qu’on s’attend à ce qu’il se loue à Montréal environ 9 132 chambres par jour.

Je trouve ce chiffre très conservateur.

À mon avis avec une taxe d’hébergement à Montréal, établi à 2% on pourrait éviter toute contribution à cet événement à même nos impôts. 

On a mieux à faire avec 5 millions en impôts que de contribuer à un événement sportif.

Si j’ai bien compris, il y a un manque à gagner de 10 millions pour satisfaire les exigences du grand Bernie.

En supposant qu’on instaure la taxe sur l’hébergement à 2%, l’OSBL qui organisera le Grand Prix 2009 ira chercher facilement de 12 à 15 millions avec cette taxe.

Refesons le calcul simple de tantôt.  Pour obtenir 15 millions en taxe sur l’hébergement il suffit que les hôtels du grand Montréal loue pour 750 millions de dollars en chambres.

Encore une fois, en établissant le coût moyen d’une nuitée à 150$, il suffira de louer 13 700 chambres quotidiennement.

Objectif plus que simple à réaliser pour une grande ville comme Montréal qui reçoit des dizaines de milliers de congressistes à chaque année et des centaines de milliers de tourismes.  En plus Montréal est le site de plusieurs grands festivals et plusieurs sièges sociaux de grandes compagnies sont établis ici.

Je ne peux pas croire que les grandes chaînes d’hôtels de Montréal ne puissent pas atteindre cet objectif de louer 13 700 chambres quotidiennement.

Il est évident qu’encore une fois on va encore s’en faire passer une petite vite par Gérald et le représentant, le bouffon, du gouvernement Charest.

Il serait grand temps que tout cette mesquinerie libérale cesse.  Mais non le grand gagnant de l’annonce de cet après-midi sera encore Jean Charest qui aura sauvé le Grand Prix.

Définitivement, le « je me souviens » québécois est vraiment ironique.

Le 8 décembre prochain, quand vous irez voter, rappelez-vous des hausses tarifaires de l’électricité, du permis de conduire, de vos plaques, des routes du Québec mal en point, des promesses libérales non tenues…